Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2018 7 04 /02 /février /2018 16:19

Date de diffusion : 28 novembre 1977 (inédit en France)

Parcourant les Etats-Unis pour trouver un remède à ses métamorphoses, le Docteur David Banner (Bill Bixby) fait la rencontre de Juliet Griffith (Laurie Prange), une jeune héritière  dont la belle-mère (Dorothy Tristan) et le médecin (William Daniels) convoitent la fortune. Le journaliste Jack McGee (Jack Colvin) continue les recherches pour capturer la créature.

 

 

Diffusé seulement trois semaines après le pilote de « L’Incroyable Hulk », « Death in the Family » avait principalement pour objectif de déterminer si le célèbre géant vert de la Marvel pouvait faire l’objet d’une série télévisée hebdomadaire. Dans ce contexte, ce téléfilm repose sur un schéma narratif simple, celui du « Fugitif ». David Banner parcourt ainsi les Etats-Unis à la recherche d’un remède, tout en fuyant le journaliste du National Register, Jack McGee. Durant sa quête, il vient quotidiennement en aide à des individus dans une ville nouvelle. C’est notamment pour cette raison que le physicien nucléaire de la bande dessinée est désormais médecin à la télévision, cette habilité lui permettant de venir facilement en aide aux personnages secondaires rencontrés.

 

Ce deuxième opus, toujours écrit par Kenneth Johnson, s’inscrit dans la continuité du pilote. Quelques flashs backs rappellent notamment aux téléspectateurs les principaux évènements qui ont poussé le Docteur Banner à prendre la fuite. L’histoire en elle-même s’inscrit toujours dans un contexte humaniste et réaliste, même si ce téléfilm est davantage orienté vers l’action afin de dévoiler aux téléspectateurs toute la puissance du géant vert. Hulk prend ainsi la défense d’une jeune fille avec qui David Banner a sympathisé, et la sauve de divers tueurs à gages et autres hélicopters lancés à sa poursuite. Durant son périple le monstre sera même confronté aux forces de la nature puisqu’il sera amené à se battre avec un ours ! C’est d’ailleurs l’un des points faibles de cet épisode dans la mesure où le maquillage de Lou Ferrigno, moins résistant que par la suite, se retrouve étalé sur l’animal. En outre, la séquence où la créature propulse l’ours dans les airs s’avère assez amusante.

 

 

Malgré ces quelques faiblesses, le téléfilm est une réussite, parvenant à bien équilibrer l’intrigue principale et la recherche du remède aux métamorphoses. Par ailleurs, Bill Bixby est toujours aussi convainquant dans son rôle de scientifique, même s’il se montre désormais moins torturé que dans le pilote. Sa « malédiction » l’amène désormais à faire preuve de davantage de maîtrise dans son attitude. Autre point fort du téléfilm : le soin accordé aux séquences de métamorphoses. Elles s’avèrent ici souvent détaillées. Bill Bixby apparaît à plusieurs reprises à demi transformé, ce qui est une joie pour les fans !

 

Après les deux téléfilms – et pour répondre à la réaction favorable des téléspectateurs – une série régulière est annoncée, sous le simple titre  de The Incredible Hulk et sera diffusé à partir du 10 mars 1978 sur CBS.

 

 

    1. Ce second pilote a été réalisé par Alan J. Levi, proche collaborateur de Kenneth Johnson sur « L’Homme qui valait trois milliards » et « Super Jaimie ».

     

    2. Le générique présente une version longue en comparaison à celle qui sera utilisée dans la série télévisée.

     

    3. L’actrice Laurie Prange jouera quelques années plus tard, sous la direction de Kenneth Johnson, dans l’épisode d’ouverture de la quatrième saison intitulé « Prométhée ».

     

    4. Pour ce second pilote, Hulk (à l’image du comic book) dévoile un nouveau pouvoir en faisant des bonds de plusieurs mètres.

     

    5. En fuite, David Banner prend le pseudonyme de David Benton. Par la suite, durant la série, il conservera toujours son prénom en adoptant un nom de famille commençant toujours par la lettre B. 

    Gerald McRaney (Dennis Kayle) jouera à quatre reprises dans « L’Incroyable Hulk ». Après « Death in the family », on le retrouvera dans « Ricky », « Le Disciple », « L’assassin préfère les blondes ». L’acteur est bien connu du petit écran, ayant plus d’une centaine de téléfilms et séries à son actif dont « Simon & Simon » ou plus récemment « Jericho ».

     

    6. William Daniels (Dr John Bonifiant dans l’épisode) sera par la suite la célèbre voix de K.I.T.T. dans la série télévisée K2000. 

     

     

     

    Partager cet article

    Repost0

    commentaires

    Présentation

    • : SILVER SCREEN
    • : "Créé en 2010, "SILVER SCREEN CHANNEL" est dédié au cinéma et aux séries télévisées fantastiques et de science-Fiction. Vous y trouverez notamment des chroniques détaillées sur des oeuvres ayant marqué le genre ainsi que de nombreux articles biographiques (acteurs, réalisateurs). SILVER SCREEN CHANNEL se consacre enfin régulièrement à l'étude des adaptations de comics sur le grand et petit écran. Depuis 2015, SILVER SCREEN dispose d'une branche associative dédiée à la réalisation de films amateurs et de chroniques vidéos. Bonne lecture à vous!" - Sébastien Fosse
    • Contact

    Radio Silver Screen

    Recherche

    Pages