Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 21:45

 

Traumatisé par la mort de sa femme, prisonnière d’une voiture en feu, le Docteur David Bruce Banner (Bill Bixby) se consacre avec son assistante (Susan Sullivan) à la recherche sur l’adrénaline et le potentiel surhumain que chacun possède en lui mais qui ne se révèle que dans des circonstances exceptionnelles. Durant une expérience en radiologie, le scientifique est accidentellement irradié par une forte dose de rayons gamma provoquant une altération de son ADN. Les effets de cet incident sont catastrophiques : dès qu’il éprouve une forte émotion (colère, peur, douleur), il se métamorphose en une créature violente et primitive : l’Incroyable Hulk (Lou Ferrigno).

 

PRODUCTION

 

Ce téléfilm, diffusé en 1977 sur CBS, constitua une agréable surprise, tant pour la critique que les téléspectateurs. En effet, à l’époque, aucune adaptation de super-héros ne bénéficiait encore d’un traitement «sérieux». Les séries télévisées « Batman » et « Wonder Woman » (seule véritable référence du genre dans les années 1960 et 1970) privilégiaient notamment une approche humoristique pour séduire un large public. Avec l’Incroyable Hulk, le réalisateur - scénariste Kenneth Johnson (« L’Homme qui valait trois milliards », « Super Jaimie », « V ») se distingue de ses prédécesseurs en adoptant une tonalité réaliste et dramatique. Ainsi, dès l’ouverture du téléfilm, le ton est donné : « Chacun de nous est habité par une fureur atroce et déchaînée » énonce le narrateur. Le film est ainsi essentiellement une aventure humaine, celle du Dr David Banner. Dès les premières minutes, le chercheur est présenté comme un personnage profondément torturé par le décès de son épouse Laura. Ses recherches sur la force physique sont en réalité devenues une obsession visant à identifier les raisons pour lesquelles il n’est pas parvenu à extraire sa femme d’une voiture en feu. L’interprétation de Bill Bixby (« Mon Martien Favori », « Le Magicien ») dans le rôle du Docteur David Banner s’avère d’ailleurs particulièrement émouvante. Elle constitue l’un des principaux atouts de ce téléfilm. Bixby y partage la vedette avec Susan Sullivan qui interprète le Docteur Elaina Marks, une proche collègue du Docteur Banner. La jeune femme l’assistera et le soutiendra durant toute cette première aventure. Ce pilote accorde également une place majeure à un autre personnage inventé pour la télévision : le reporter du National Register Jack McGee (Jack Colvin). L’introduction de ce journaliste d’investigation qui poursuivra Hulk d’épisode en épisode – est un ajout typiquement hollywoodien, un artifice servant de ligne directrice à la série ; ce motif récurrent n’est pas sans rappeler le thème central de la série Le Fugitif, diffusée de 1963 à 1967, où Richard Kimble (David Janssen) était traqué sans relâche par le lieutenant Philip Gerard (Barry Morse).

 

pdvd002is6-copie-1.png

Dans ce contexte, cette adaptation télévisuelle s’éloigne sensiblement de la bande dessinée originale créée par Stan Lee et Jack Kirby en 1962. Kenneth Johnson s’est en effet véritablement réapproprié l’histoire afin de la rendre la plus humaine et la plus vraisemblable possible. Le personnage de Banner / Hulk, les rayons gamma et la colère source des métamorphoses sont ainsi les seuls éléments figurant dans le comic book original. Aucun « vilain » n’est par ailleurs présent dans le téléfilm. Les trois transformations du scientifique dans le pilote sont le résultat, non pas de confrontations physiques, mais de fortes émotions (douleur, stress et peur) ressenties par le Dr Banner. Ce sont d’ailleurs ces métamorphoses qui feront le succès de la série notamment auprès des plus jeunes : une musique stridente, suivi d’un gros plan sur les yeux devenus blancs de David Banner pour finir sur les déchirements de chemises. Ces séquences seront reprises durant chaque épisode du show et en feront sa marque de fabrique.

 

 

HULK-PROMO-1978.jpg

Comparé aux comics des années 1970, le culturiste Lou Ferrigno s’avère convainquant dans le rôle de Hulk. Tous les moyens possibles à l’époque ont été utilisés pour donner vie au célèbre géant vert.  Pour ce premier téléfilm, sous la direction du maquilleur Werner Keppler (« V », « Alien Nation ») la créature adopte un look néandertalien (à l’aide d’une prothèse faciale), le monstre étant conçu comme une sorte de version primitive de l’être humain. Il apparaît ici totalement muet (contrairement aux comics) ne parvenant à s’exprimer que par de simples grognements. Le monstre n’est toutefois pas dépourvu de sensibilité (à l’image de David Banner) comme le prouve sa dernière scène dans le téléfilm. Par ailleurs, en termes de mise en scène, Kenneth Johnson filma souvent Lou Ferrigno en contre plongée afin de lui donner davantage de démesure, le culturiste mesurant en réalité moins de deux mètres.

 

 

5618a.jpg

 

Au final, ce premier téléfilm s’avère de très bonne facture pour les amateurs du genre. L’épisode donne notamment une dimension très humaine à l’histoire de Hulk. La qualité du jeu de Bill Bixby alliée au scénario et à la mise en scène de Kenneth Johnson hisse ce pilote au rang des meilleurs épisodes de cette série télévisée.

 

 

 

INFOS SUPPLEMENTAIRES

 

 

* Le téléfilm a été tourné en 18 jours en Californie avec un budget de 2 millions de dollars. Plusieurs scènes ont été filmées à l’Institut des Arts de Californie et au Providence Saint Joseph Medical Center.

 

* A l’origine c’est Richard Kiel (Requin, l’adversaire de James Bond dans deux films avec Roger Moore) qui interprétait la créature dans l’épisode pilote. Malgré sa grandeur, il fut finalement remplacé par Lou Ferrigno, faute d’une musculature suffisante. Néanmoins, l’acteur apparaît très brièvement (en contre-plongée) dans le rôle de Hulk lorsque le monstre arrache un arbre pour sauver une petite fille tombée dans un lac.

 

* Plusieurs séquences dans lesquelles figurent la créature font directement échos au Frankestein (1931) avec Boris Karloff. La plus notable met en scène Hulk et une petite fille au bord d’un lac.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Le moulage de l’empreinte du pied de Hulk dévoilé par Jack McGee est en réalité un accessoire de l’épisode d’ouverture de la seconde saison de « Super Jaimie » intitulé «The Return of bigfoot».

 

* La femme de David Banner est interprétée par l’actrice Lara Parker. Son nom ne figure pas au générique du téléfilm. 

 

 

 

Photo Promo 1978

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Silver Screen - dans Films
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : SILVER SCREEN
  • SILVER SCREEN
  • : "Créé en 2010, "SILVER SCREEN CHANNEL" est dédié au cinéma et aux séries télévisées fantastiques et de science-Fiction. Vous y trouverez notamment des chroniques détaillées sur des oeuvres ayant marqué le genre ainsi que de nombreux articles biographiques (acteurs, réalisateurs). SILVER SCREEN CHANNEL se consacre enfin régulièrement à l'étude des adaptations de comics sur le grand et petit écran. Depuis 2015, SILVER SCREEN dispose d'une branche associative dédiée à la réalisation de films amateurs et de chroniques vidéos. Bonne lecture à vous!" - Sébastien Fosse
  • Contact

Radio Silver Screen

Recherche

Pages