Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 16:20

 

bttf 25Edité le 3 novembre dernier en Blu-Ray à l’occasion de son 25ème anniversaire, la saga « Retour Vers le Futur » a traversé l’épreuve du temps avec tant de facilité qu’elle ne peut que susciter notre admiration. Habile mélange de comédie, d’aventure et de science-fiction, les bases de cette célèbre trilogie étaient brillamment posées dès le premier opus.

SYNOPSIS

En 1985, dans la petite ville d’Hill Valley en Californie, le jeune Marty McFly (Michael J. Fox) mène une existence paisible auprès de sa petite amie Jennifer (Claudia Wells), seulement troublée par sa famille en crise et un proviseur particulièrement tyrannique. Ami du Docteur Emmett Brown (Christopher Lloyd), il l'accompagne un soir sur le parking d’un centre commercial pour filmer sa dernière découverte scientifique : un voyage dans le temps via une DeLorean modifiée et fonctionnant au plutonium. Mais la présentation tourne mal : des trafiquants d'armes débarquent et assassinent le scientifique. Marty se réfugie dans la voiture et se retrouve transporté trente ans dans le passé, soit en 1955. Malheureusement, en empêchant malgré lui la rencontre de ses futurs parents, il provoque une réaction en chaîne qui bouleverse le continuum espace-temps et risque de réduire à néant sa propre destinée. A l’aide du jeune Dr Brown, il va donc tenter l’impossible afin de remettre ensemble ses parents mais aussi de réintégrer sa propre époque…

Lorraine Marty

PRODUCTION

Lorsqu’en 1980, Robert Zemeckis et Bob Gale travaillent conjointement sur l’écriture de « Retour Vers Le Futur », ils partent d’un  « noyau » affectif, auquel le public peut aisément s’identifier, et autour duquel s’articule une intrigue particulièrement complexe. Zemeckis, réalisateur des trois films, décrit ainsi l’idée de départ «Quand vous étiez gamins, vos parents vous ont sans doute raconté combien la vie était dure pendant leur enfance ? Les 20 kilomètres qu’il fallait parcourir à pied tous les jours pour aller à l’école, ou les devoirs qu’ils faisaient sur leurs genoux ? Ce serait intéressant de remonter le temps pour voir s’ils ont vraiment vécu cela, non ? ». S’exprimant sur le concept de base de l’un des mécanismes clés du film, le co-scénariste et producteur Bob Gale ajoute « on a souvent du mal à imaginer que son père est allé au lycée et que sa mère est sortie avec d’autres garçons, mais il faut bien se rendre à l’évidence en voyant les photos dans les annuaires de fin d’année ».

Dans ce contexte, le scénario propose de renvoyer un adolescent des années 1980 en 1955 pour découvrir les jeunes années de ses propres parents. D’une manière plus général, l’histoire permet de revisiter une époque particulière des Etats-Unis où la culture adolescente commence à se développer, accompagnée des prémices du Rock ‘n’ Roll et de l’expansion des banlieues résidentielles.

Malgré son concept de base particulièrement séduisant, le script développé par les deux amis peine à intéresser les Studios Hollywoodiens. Zemeckis et Gale reçoivent ainsi une quarantaine de lettres de refus pour produire leur film dont une provenant directement de Walt Disney Pictures. Pour ce dernier studio, la relation mère (1955)/fils développée dans le scénario pourrait en effet paraître quelque peu « incestueuse » aux yeux du public. Il fallut finalement attendre près de quatre années avant que les deux hommes ne puisent concrétiser leur film, le temps en réalité que la carrière de Zemeckis ne s’envole et que Steven Spielberg ne vienne appuyer le projet à l'aide de sa propre compagnie Amblin. Comme les « Gremlins » (1984), le premier gros succès du studio, « Retour vers Le Futur » se réalise en coproduction avec Universal, dont le patron Sid Sheinberg s’avère particulièrement directif. Beaucoup de consignes plus ou moins justifiées sont ainsi données pour modifier le script original. C’est notamment dans ce contexte- que « Back To The Future » faillit se nommer « The Spaceman from Pluto » (une référence à la bande dessinée lu par l’enfant rencontré dans une ferme en 1955). Fort heureusement, le soutien de Steven Spielberg aux deux scénaristes permit finalement de conserver le titre original et d’amorcer la production du film.

stoltz02

RETOUR VERS LE FUTUR ALTERNATIF

Du côté du casting, des difficultés sont également rencontrées. Michael J. Fox est en effet très rapidement envisagé pour interpréter le jeune Marty McFly. Malheureusement, sa participation à la série télévisée « Family Ties » (qui durera 176 épisodes entre 1982 et 1989) ne facilite pas l’organisation du tournage. Les producteurs se reportent finalement sur Eric Stoltz. Toutefois, après seulement quatre semaines de tournage à la fin de l’année 1984, les deux associés juge que son jeu de l’acteur n’est pas vraiment adapté à l’état d’esprit du film. «Ce n'était tout simplement pas assez drôle », a récemment déclaré Bob Gale. « Eric est un grand acteur, mais il est plutôt un acteur dramatique qu'un acteur comique, et je crois qu'il savait peut-être lui-même qu'il ne convenait pas au matériel.» Finalement, la production se redirige vers Michael J.Fox qui parviendra à raison de deux à quatre heures de sommeil par jour, à concilier le tournage de « Retour Vers Le Futur » et de sa propre série. Ce choix s’avérera finalement très judicieux. L’acteur formera un excellent duo avec Christopher Lloyd, choisi pour le rôle de « Doc » et principalement connu à l’époque pour « Taxi Driver » (1976) et « Star Trek III » (1983). Enfin, le reste du casting est majoritairement constitué de jeunes acteurs alors inconnus qui seront vieillis pour les besoins du film.

88 miles à l'heure

Tourné au sein des célèbres studios Universal à Los Angeles, le film bénéficie de décors particulièrement soignés. Un important travail est notamment fourni pour distinguer Hill Valley en 1985 et 1955. « Les modifications que nous avons apportés à la place principale sont les mêmes que celles qui se sont produites dans de nombreuses petites villes au cours des trente dernières années… les boutiques florissantes sont parties s’installer dans des centres commerciaux de banlieu, et le centre-ville a périclité et s’est détérioré » explique Larry Paull, chef décorateur du film.

Après un tournage particulièrement difficile comme l’admet aujourd’hui le réalisateur Robert Zemeckis, l’équipe du film travaille activement à la post-production pour pouvoir sortir « Back To The Future » pour la fête d’indépendance. Le compositeur Alan Silverstri est choisi pour réaliser la bande originale du film. A la demande du réalisateur, Silversri ne signe pas une musique électronique comme le voulait la mode du moment mais une partition classique censée illustrer « une histoire d’aventure traditionnelle ». L’orchestre composée de 80 à 85 instruments compose une musique grandiose qui évoque parfaitement le temps et le tic-tac d’une horloge. Enfin, Huey Lewis and The News signent quelques chansons pop-rock qui marqueront les année 1980.

9 semaines ½ après la fin du tournage, « Retour Vers le Futur » sort aux Etats-Unis le 3 juillet 1985 et remporte un franc en se plaçant en tête du Box Office juste devant « Rocky IV ». Les recettes mondiales atteignent ainsi 351 millions de dollars pour un budget initial estimé à 19 millions. Face à cette réussite, une suite commandée par Universal et toujours dirigée par Bob Gale et Robert Zemeckis est rapidement mise en chantier…

 

LE VOYAGE DANS LE TEMPS

DeLorean

Pour le voyage à travers le temps, le film s’inspire directement de « The Time Machine » d’H.G. Wells auquel George Pal consacra une adaptation cinématographique en 1960 (voir la chronique dédiée à ce film). Le roman postule notamment qu’un voyage temporel est limité par l’espace. C’est dans ce contexte que Marty McFly visite des versions alternatives de sa propre ville, Hill Valley (1955 dans cet opus).

Ensuite, l’originalité même de « Retour Vers le Futur » est d’avoir fait de la machine à voyager dans le temps non pas un caisson, comme il l’était prévu à l’origine, mais une véritable voiture : la DeLorean. Ce véhicule, désormais entrée dans la légende du septième art, se distingue notamment par ses portes papillons et sa carrosserie en acier inoxydable.

Sur un plan strictement scénaristique, Bob Gale et Robert Zemeckis ont fait d’importants efforts pour crédibiliser les voyages temporels. Ainsi, dans le film ces derniers ne s’effectuent que si deux conditions sont simultanément remplies : le convecteur temporel doit être rechargé en énergie et la voiture doit se déplacer à la vitesse de 88 miles par heure (141,62 km/h). Ces deux éléments sont indépendants l'un de l'autre. Le moteur est alimenté par de l'essence ordinaire, le convecteur temporel nécessite une puissance de 2,21 gigawatts (1,21 dans la version originale) pour fonctionner. Il est alimenté tout d'abord par du plutonium puis, après les modifications apportées par Doc en 2015, grâce à de simples détritus.

Visuellement abouti, sans usage abusif d’effets spéciaux, le voyage dans le temps sert finalement surtout à poser un contexte pour dans un second temps s’attarder sur les personnages, c'est-à-dire le côté humain du film.

Marty Jennifer

ANECDOTES

*Le moniteur de la Delorean avec ses indicateurs rouges, verts et oranges fait directement référence à celui de la « Machine à Explorer le Temps » (1960).

Moniteur BTTF

*Christopher Lloyd a conçu son personnage comme un mélange d'Albert Einstein et du chef d'orchestre Leopold Stokowski (le petit homme survolté qu'on voit au début de Fantasia) 

*A l'origine, la tombée de la foudre sur l’horloge de l’Hotel de ville en 1955 ne devait pas intervenir dans « Retour Vers le Futur ». La fin du film devait en effet se dérouler au Nevada sur une zone d'essais nucléaires. C'est d'ailleurs une explosion atomique qui permettait à Marty de revenir dans le présent. Le tournage de ces séquences avait été évalué à 1 million de dollars. Mais des coupes dans le budget, ramené de 21 à 19 millions, obligèrent l'équipe à tourner le film entièrement au sein des studios Universal.

*Huey Lewis, le chanteur des principaux thèmes de « Retour Vers Le Futur » (notamment « The Power of Love ») incarne le membre principal du jury qui auditionne le groupe de Rock de Marty au début du film.

*Vu dans « Le Fantôme du Bengale » (1996) et « Titanic » (1997), Billy Zane fait ici ses débuts à l'écran, dans le rôle de Match, l'un des voyous du gang de Biff Tannen.

*Le Frère de Marty McFly, Dave, est interprété par Marc McClure, plus connu pour son rôle de Jimmy Olsen dans la saga Superman avec Christopher Reeve.

*Dans le 16ème épisode de la saison 2 de « Fringe » qui se déroule dans un monde parallèle, les spectateurs les plus attentifs pourront voir deux "observateurs" sortir d’un cinéma diffusant « Retour Vers Le Futur ». Dans cet univers alternatif, Marty McFly est bien joué par Eric Stoltz et non par Michael J. Fox ! 

FRINGE BACK TO THE FUTURE

CONCLUSION

Un quart de siècle après avoir été projeté en salles pour la première fois, « Retour Vers le Futur » s’avère toujours aussi « frais » et agréable à regarder. Doté d’une réalisation soignée et dynamique, ce film qui aurait pu être une simple comédie pour adolescents s’est littéralement érigé  parmi les films les plus marquants de la Science-Fiction. L’idée même de présenter une même ville à travers deux époques différentes s’avère tout simplement géniale. Il en est de même pour la rencontre de Marty avec ses propres parents en 1955. Enfin, le duo Michael J. Fox/Christopher Lloyd est particulièrement irrésistible et nous livre de nombreuses répliques désormais devenues cultes.

Plus généralement, ce mélange d’humour, d’innocence et d’effets spéciaux séduira probablement encore de nombreuses générations. 

 

Back-to-the-Future-back-to-the-future-13786594-1280-1024

 

Bande annonce originale : 

 


Retour vers le Futur : Bande-Annonce [VO]

 

Extrait d’un documentaire Blu-Ray du film avec des images d’Eric Stolz dans le rôle de Marty :

 


Retour Vers Le Futur - Eric Stoltz as Marty McFly [VO-HD]


 

Clip vidéo du film

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Silver Screen - dans Films
commenter cet article

commentaires

samom 15/11/2010 19:51


un achat indispensable
je zappe volontairement ta chronique car je veux en lire le moins
j'ai de vagues souvenirs des 3 films et je veux les revoir sans avoir l'esprit d'anecdotes
mais j'y reviendrai au moment opportun
mais comme d'hab ça a l'air dense, recherché et bien écrit

patience


David 12/11/2010 16:51


Ce genre de films c'est à déguster au moins une fois tout les 3ans, cela lasse pas, même si on connait les dialogues par cœur...
Delcampe c'est comme Ebay, y a souvent des nouvelles cartes et d'autres sont retirées... Il faut donc y aller au moins tout les 3 jours ;)
J'aimerais tant plonger dans une carte pour explorer une époque... On peut voir des métiers, des bâtiments, une France etc qui n'existent plus.
Quand on voit quelqu'un sur une photo je me pose des questions: A-t-il eu une belle vie? Est-t-elle encore vivante? A-t-il été heureux? Bref je suis un grand romantique...


David 11/11/2010 19:01


J'ai acheté le coffret blu ray, j'ai vu qu'il y a plus de 2h de bonus inédit en HD mais pas eu le temps de regarder...
On était beaucoup gâté dans le passé de nos jours, les blockbusters du style Kick Ass pfff
A propos pour faire son propre Retour vers le futur: Allez sur le site Delcampe (section carte postale) et tapez votre ville et là surprise!!!
Comme moi vous pourrez voir votre village ou votre ville début du 20ème siècle jusqu'au années 80 (en passant par les deux guerres, les années 50-60 etc) comme dirait Doc sidérant absolument
sidérant:
http://cartes-postales.delcampe.fr/page/category/cat,-2,language,F.html


Silver Screen 12/11/2010 13:46



J'ai également acheté le coffret Blu-Ray... Très sympa ces nouveaux documentaires dans lesquelles on voit notamment quelques rapides extraits des scènes avec Eric Stolz.


Sinon, merci beaucoup David pour le lien vers le site Delcampe... ça m'a permis de retrouver quelques images de m'a ville natale, Vannes, au début du XXème siècle ;)



Présentation

  • : SILVER SCREEN
  • SILVER SCREEN
  • : "Créé en 2010, "SILVER SCREEN CHANNEL" est dédié au cinéma et aux séries télévisées fantastiques et de science-Fiction. Vous y trouverez notamment des chroniques détaillées sur des oeuvres ayant marqué le genre ainsi que de nombreux articles biographiques (acteurs, réalisateurs). SILVER SCREEN CHANNEL se consacre enfin régulièrement à l'étude des adaptations de comics sur le grand et petit écran. Depuis 2015, SILVER SCREEN dispose d'une branche associative dédiée à la réalisation de films amateurs et de chroniques vidéos. Bonne lecture à vous!" - Sébastien Fosse
  • Contact

Radio Silver Screen

Recherche

Pages