Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 20:48

superman-iv-4

 

Après un troisième épisode résolument trop orienté vers la comédie, l’Homme d’Acier finit par revenir dans les salles obscures en 1987. Pour ce nouvel opus, Christopher Reeve souhaitait redorer le blason du super-héros en renouant avec la qualité du premier film signé par Richard Donner. SILVER SCREEN revient sur  la production de ce dernier volet de la saga originale.

 

 


SYNOPSIS


 

Superman (Christopher Reeve) revient sur Terre au terme d’un long voyage interplanétaire. Il reprend l’apparence du timide journaliste Clark Kent, regagne les bureaux du Daily Planet et découvre que  Perry White (Jackie Cooper) a été contraint de céder le grand quotidien au richissime David Warfield (Sam Wanamaker), qui veut en faire un journal à sensation. Sa fille, Lacy Warfield (Mariel Hemingway), tombe bientôt amoureuse de Clark qu’elle s’étonne de voir disparaître périodiquement pour de mystérieuses missions.

   

De son côté, Lex Luthor (Gene Hackman),  a échafaudé un plan diabolique : à l’aide d’une mèche de cheveux de Superman, il a fabriqué un Homme Nucléaire (Mark Pillow) qu’il lance à l’assaut du héros …

 

 

 

 

31569L

 

 

 

PRODUCTION

   


Suite à l’échec commercial de Supergirl réalisé par Jeannot Szwarc, les producteurs Ilya et Alexander Salkind cèdent les droits de Superman à Menahem Golan et Yoram Globus, patrons de la société Cannon Films, en mai 1985 lors d’un dîner à Cannes. A l’époque, la firme jusqu’alors connue pour ses longs métrages à petits budgets, est en plein développement. Elle initie plusieurs séries de films telles qu’Allan Quatermain ou Delta Force et affiche clairement la volonté d’exploiter des franchises lucratives sur le grand écran (Les Maîtres de l’Univers).

     

Pour les nouvelles aventures de l’Homme d’Acier au cinéma, la société souhaite bien entendu le retour de son interprète original, Christopher Reeve. Néanmoins, l’acteur est quelque peu sceptique à l’idée de renfiler la cape. Il reste en effet très déçu par le troisième volet de la saga mais se laisse finalement convaincre dès lors qu’on lui propose un droit de regard sur le script de Superman IV : « C’était pour moi une condition sine qua non. J’avais besoin de retrouver mon enthousiasme original pour le personnage de Superman et d’exercer davantage de contrôle sur lui. J’avais insisté pour que cet épisode touche à des problèmes actuels. Superman n’y fait plus seulement figure d’extraterrestre, et s’il est doué de pouvoirs spéciaux, il n’en appartient pas moins à notre monde». Le but de Christopher Reeve est en quelque sorte de revenir à l’essence des premières aventures de Superman. En effet, dans les années 1940, l’Homme d’Acier était très ancré dans son époque. Jerry Siegel et Joe Schuster avait notamment publié dans le Look Magazine une histoire intitulé « Comment Superman arrêterait la guerre ? ». En l'espace de quelques vignettes, les deux auteurs nous montraient Superman faire un saut à Berlin et Moscou, y capturer Adolf Hitler et Joseph Staline, avant de les livrer à la société des nations, où ils étaient immédiatement jugés. Mais l'acteur souhaite avant tout, dans un contexte de guerre froide, livrer un message pacifiste, un peu à la manière du film "Le Jour où la terre s'arrêta" (1951). Dans ce contexte, Mark Rosenthal et Lawrence Konner ("Les Diamants du Nil", "Star Trek VI") sont alors engagés pour écrire le script du film.  

 

 

Superman IV BTS 13

 

 

Côté réalisation, Richard Donner est logiquement approché pour relancer l'Homme d'Acier. Il décline néanmoins la proposition déclarant avoir fait le tour du personnage. Les conditions de tournage sur les deux premiers films avec les Salkind l'ont probablement dissuadés de reprendre l'aventure. Wes Craven, connu à l'époque pour avoir réalisé "Les griffes de la nuit" (1984), est également envisagé pour donner un nouveau souffle à la saga. Mais c'est finalement Sidney J. Furie qui sera sélectionné par les producteurs. Son expérience pour les scènes de vol dans "l'aigle de l'enfer" (1986) semble avoir été déterminante. "Je suis venu sur Superman IV six mois après que la Cannon eut démarré la production" explique le metteur en scène au Mad Movies en 1987. "Le projet m'intéressait et je n'avais jamais travaillé sur un tournage de ce type avec de nombreux effets spéciaux". 

 

 

Superman IV BTS 58

 

 

 

Doté d'un budget initialement estimé à 37 millions de dollars, les producteurs parviennent peu à peu rassembler le casting original de la saga. La Cannon réussit à convaincre Gene Hackman de reprendre son rôle de Lex Luthor. Même Margot Kidder est de la partie après quelques négociations difficiles : "Les producteurs ne voulaient pas du tout de moi initialement" admet l'actrice à Starlog en 1987. "Ils voulaient auditionner une autre Loïs. Ils pensaient que j'étais trop âgée. J'étais vraiment blessée. C'était peut être une tactique pour diminuer mon cachet. Je ne pouvais supporter l'idée que quelqu'un d'autre puisse incarner ma Loïs, je l'ai inventé, non pas en me basant sur les comics mais sur le personnage décrit dans le script original". Le tournage débute le 15 septembre 1986 au Royaume-Uni. 

 

 

 

 

 

Superman IV BTS 20

 

 

 

 


COUPES BUDGETAIRES

   


Malheureusement, la situation va rapidement se compliquer derrière la caméra. En 1986, la Cannon subit en effet plusieurs échecs commerciaux l’obligeant à réduire le budget du film de moitié pour pouvoir financer d’autres projets (dont Les Maîtres de l’Univers), tout en conservant les engagements vis-à-vis de Gene Hackman et Christopher Reeve. Dans ce contexte, la production n’a pas d’autres choix que de réaliser des économies. « Nous étions handicapés par des restrictions budgétaires » explique Christopher Reeve dans son autobiographie « Vivre » (1998).  « Cannon Films avait environ trente projets en chantier à l’époque, Superman IV n’étant que l’un d’entre eux.  Konner et Rosenthal avaient écrit une scène où Superman atterrissait en plein milieu de la 42ème rue et la descendait jusqu’aux Nations-Unies, où il faisait un discours. Si nous avions dû tourner cette scène pour Superman I, nous l’aurions fait dans la vraie 42ème rue. Richard Donner, le réalisateur, aurait alors organisé des déplacements de centaines de piétons et de véhicules et aurait enchaîné au montage sur les employés de bureau à la fenêtre, bouche bée à la vue de Superman descendant la rue tel le joueur de flute de Hamelin. A la place, nous avons filmé la scène en Angleterre, dans une zone industrielle sous la pluie avec une centaine de figurants, sans une voiture en vue, et un lâcher d’une douzaine de pigeons pour tout effet d’ambiance. Même si l’histoire avait été remarquable, je ne crois pas que nous aurions eu les moyens de répondre aux attentes du public ». 

     

Même les effets spéciaux, éléments indispensables à la réussite d’un film de ce genre sont sérieusement affectés. « Sidney me demanda de venir à Londres et de réaliser les effets spéciaux de Superman IV, ce qui me rendait à la fois heureux et anxieux » explique Harrison Ellenshaw le nouveau responsable des effets spéciaux « Cependant, j’ai réalisé très rapidement que le budget était très loin de ceux des trois premiers films financés par les Salkind et par Warner Bros. Ça allait être fait à l’économie, ce qui ne me surprenait pas puisque je savais que CANNON FILMS le finançait. J’étais prêt à relever le défi. Mais dès que j’ai lu le script, j’ai réalisé qu’il y avait plus d’effets sur ce film que les trois combinés. La version longue du film comprenait 600 plans truqués ». Afin d’être le plus productif possible, la technique de la projection frontale pour laquelle la production originale avait été oscarisée en 1979, est délaissée au profit de trucages optiques. Selon John Cryer, l’interprète du neveu de Lex Luthor, peu de temps avant la sorti du film Christopher Reeve l’avait averti des économies réalisées sur le film. « Quelques mois après le tournage, je rencontre Chris Reeve dans la rue. Je lui propose d’aller diner ensemble. On va restaurant. Je lui dis que je suis excité par le film et lui demande quand il va sortir. Il prend sa respiration et me répond « Il faut que je t’avertisse : c’est un immense gâchis. Nous avions prévu de filmer six mois de scènes de vol. Ils en ont retiré cinq. La manière dont ils ont monté tout cela a à peine du sens ». Cryer précise « J’étais dévasté. Je voulais tellement participé au retour de Superman ».

 

 

 

 

Superman IV BTS 3

 

 

 

UN MONTAGE RACCOURCI

   

Dans sa version cinéma, SUPERMAN IV est le plus court de la saga originale, soit 89 minutes (montage américain). Toutefois, le montage initial du film s'avérait bien plus long : "En fait, lorsque nous avons terminé tous les plans truqués, le long métrage durait 2h15, ce qui correspondait au montage voulu par Sidney J. Furie" explique Harrison Ellenshaw, le superviseur des effets spéciaux. "Il l'a amené chez la Warner à Los Angeles, et Terry Semel et Bob Daily, en charge de la production lui ont demandé de couper 40 minutes, car ils trouvaient le résultat trop long". 

 

Pour l'équipe des effets spéciaux, cette décision tardive s'avère regrettable, tous les trucages ayant été finalisés à la hâte. "Je regrettais que nous ayons passé notre temps et notre énergie sur 600 plans à effets spéciaux alors que nous aurions pu concentrer nos efforts sur moins de plans" explique Harrison Ellenshaw au magazine britannique Dreamwatch. 

 

 

 

Le monteur John Shirley ("Vivre et laissez mourir", "Allan Quatermain et les mines du roi Salomon") fait son possible pour préserver une certaine cohérence au film malgré les nombreuses coupes. Toutes les scènes concernant la première version de l'Homme Nucléaire créée par Lex Luthor sont tout simplement supprimées. 

 

 

 

Le film a par ailleurs le droit à un montage différent pour les Etats-Unis et le reste du monde, où trois minutes supplémentaires de film sont intégrées. 

 

 

 

 

Superman IV Deleted 43

 


 

 


ECHEC COMMERCIAL

   


Lors de sa sortie en salles en 1987, les critiques sont unanimes « SUPERMAN IV » est un échec. Dave Kehr, du Chicago Tribune, titre symboliquement son article « C’est un oiseau, c’est un avion – C’est un mauvais film ». Pour lloyd Sach du Chicago Sun Times « Superman IV ne peut pas décoller ». La pauvreté des effets spéciaux et les incohérences du montage sont notamment pointées du doigt, la presse ayant notamment connaissance déjà à l’époque de l’existence d’une version longue. Le message « Anti-nucléaire » du film est par ailleurs remis en cause pour son caractère simpliste.

 

Superman IV Still 54

 

 

 

Pour Tom Mankiewitz, l’un des scénaristes du Superman de Richard Donner, le scénario du film est véritablement responsable de cet échec. « Ce face-à-face était nul. [Au moment de l’écriture du scénario] j’ai dit à Chris : "Chris, voilà ce dont il faut faire attention : ne te mêle pas de ce dont Superman est capable de s’occuper tout seul. Tu veux définitivement débarrasser la Terre de toutes les armes nucléaires ? Superman peut le faire en une heure. Il n’a qu’à toutes les expédier dans l’espace. Si tu écris un scénario sur Superman, n’y mets pas une séquence de tsunami. Il peut l’arrêter en chemin. Personne n’est obligé de mourir. Ne parle pas de famine ni de pauvreté, parce qu’il pourrait régler tout ça. Donc, il faut être très attentif à ce qu’on écrit quand on imagine les périls dont il peut lui-même s’occuper." J’ai alors dit : "Chris, ça ne va pas marcher. Même si je veux y croire et même si c’est un sujet sensible dont il faut parler, il faut être vigilant quant aux capacités de tes personnages. L’un des problèmes qu’avait Superman IV : Le face à face, c’est qu’il prenait des aspects ouvertement politiques. C’est le genre d’idées qui annonce la fin. C’est à éviter à tout prix. Avec Superman, on ne parle jamais de politique. On peut entendre des choses comme : "Pendant la Seconde guerre mondiale, il aurait très bien pu être le héros de l’Amérique." Mais Superman n’est jamais parti combattre les Nazis en Allemagne, et cela pour une bonne raison : Superman pouvait gagner cette guerre en un seul jour. Il n’a donc rien à faire dans ce genre d’histoires. Si tant est que Superman a une conscience politique, il peut très bien l’appliquer dans la réalité sans aide aucune ; c’est la raison pour laquelle on ne devrait pas y toucher. L’instant où on donne à Superman un problème social à régler, par exemple celui des sans-abris, en tant que spectateur, je dirais quelque chose comme : "espèce de fainéant, tu pourrais très bien construire des foyers pour ces sans-abris en une seule journée. Tout ce que tu as à faire, c’est de récupérer le bois, [construire les maisons], meubler les foyers et y installer les sans-abris. Même s’il y a 100 millions de sans-abris, Superman pourrait s’en occuper."  Il faut donc éviter que le public ne se dise : "Bon sang, pourquoi ne va-t-il pas régler ce problème ? ».

 

D’un point de vue purement commercial, le film est un flop.  Pour son exploitation aux Etats-Unis, le budget du long métrage n’est même pas rentabilisé (15,7 millions de dollars de recettes). C’est la première fois qu’un film de la saga SUPERMAN échoue au box office.

     

Malgré cet échec incontestable, la CANNON songe à exploiter les 45 minutes coupées du film (notamment toutes les scènes avec le premier Homme Nucléaire) et Albert Pyun est approché pour l’écriture du film. Christopher Reeve, très frustré par le résultat du dernier film, ne souhaite pas retravailler avec la CANNON.  La firme finit par perdre les droits qui reviennent aux Salkind. De nombreuses tentatives seront par la suite réalisées pour ramener l’Homme d’Acier sur le grand écran. L’échec de Superman IV hantera ces différents projets avant que Bryan Singer ne parvienne à le ramener sur le devant de la scène en 2006.

 

 

 

superman-V-1988    

 

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

   


* John Williams fut contacté par CANNON FILMS pour signer la bande originale de ce nouveau volet de Superman. Déjà investi sur d’autres projets, il recommanda aux producteurs d’engager son ami Alexander Courage (Star Trek : la série classique, Perdus dans l’espace).  Ce nouveau compositeur délivrera une très belle partition de 100 minutes de musique figurant en intégralité dans le coffret CD « SUPERMAN : THE MUSIC ». De son côté,  Williams signera tout de même trois nouveaux thèmes, ceux dédiés aux personnages de l’Homme Nucléaire, Lacy et Jeremy.

 

     

* Une adaptation du film en bande dessinée fut publiée par DC Comics en 1987. Elle permettait  notamment de donner aux lecteurs une idée assez fidèle de ce qu’était Superman IV à l’origine.

 

1874611-superman vs nuclear man

 

* L’une des scènes les plus controversées du film montre la journaliste Lacy respirer librement dans l’espace dans les bras de l’Homme Nucléaire puis de Superman.

     

* Du fait de son expérience des précédents films, Christopher Reeve était le réalisateur de la seconde équipe sur le quatrième volet. Il a notamment réalisé la scène de combat entre Superman et l'Homme nucléaire se déroulant sur la lune.

 

* Les scènes de vol de Superman : IV font pâle figure en comparaison à celles du premier film, pourtant réalisées une décennie plus tôt. Les mêmes plans de Christopher Reeve volant face à la caméra sont notamment réutilisés plusieurs fois dans le film, l’équipe des effets spéciaux s’étant juste contentée d’insérer différents arrières plans.

 

 

* A la sortie du film en salles de nombreux cables étaient restés apparants. Il fallut attendre la sortie du coffret Blu Ray en 2011 pour qu'ils soient finalement effacés.

 

* Majoritairement tourné à Londres, le film fut projeté le 27 juillet 1987 en avant première au Leicester Square Theater en compagnie de Lady Diana et du Prince Charles.

 

 

Superman IV BTS 57

 

 

* Les éditions DVD et Blu-Ray du film ne comprennent malheureusement que le montage américain de 89 minutes. Il faudra se détourner vers les éditions VHS et Laser Disc pour retrouver les trois minutes manquantes en VF et avec les effets spéciaux finalisés.

 

 

 

* Dans le montage cinéma européen (92 minutes) de Superman IV, une séquence nous montrait une jeune fille sauvée d'une tornade par l'Homme d'Acier. L'enfant était incarnée par la fille de Christopher Reeve, Alexandra. .

 

 

 

* Il fallut attendre novembre 2006 et la sortie du coffret ultimate 11 DVD pour découvrir 31 des 45 minutes coupées de Superman IV.

 

 

 

* Aujourd’hui encore certaines séquences demeurent inédites, plus particulièrement, celle où Clark se recueille sur la tombe de ses parents et une autre où lui et Lacy dansent ensemble au Metro Club dans le cadre d’un reportage sur les jeunes à Metropolis.

 

 

  Superman IV Deleted 19

 

 

*Après que les Salkind se soient réapproprié les droits de SUPERMAN, Christopher Reeve fut recontacté pour reprendre le rôle. Il s’était dit prêt à rejouer le personnage à condition que le scénario soit bon et que les moyens déployés soient similaires à ceux du premier film à son époque.

 

 

 

NOTRE AVIS

 

 


 « SUPERMAN IV » ne parvient véritablement pas à renouer avec la qualité des deux premiers films. Certes, tout n’est pas à jeter. L’Homme d’Acier est enfin traité avec sérieux, ce que ne savait pas faire Richard Lester. Le début du long métrage à la ferme de Smallville illustre bien la volonté de l’équipe de production à respecter le mythe de Superman, la séquence du double dîner romantique fonctionne également très bien à l’écran, et on ne peut que s’enthousiasmer en voyant l’Homme d’Acier apparaître non plus comme un américain mais un citoyen du monde afin de défendre des valeurs pacifiques.

 

 

 

Malgré ses bonnes initiatives, le film ne dégage pas de magie et manque cruellement de moyens. Difficile de croire qu’un homme peut voler, même à l’époque! La scène où Superman vole avec Loïs ne supporte absolument pas la comparaison avec celle du premier film. Quant aux séquences de combats entre Superman et l’Homme Nucléaire, elles ne possèdent nullement la dimension épique du deuxième film. Le long métrage est par ailleurs truffé d’invraisemblances, renforcées par la coupe de 45 minutes de scènes au montage.

 

 

 

Finalement, si le film mérite un visionnage, c’est bien pour Christopher Reeve. L’acteur demeure impeccable dans le rôle du dernier fils de krypton. Dommage que son talent n’ait pas été mis au service d’un film de meilleure envergure. 

Sources : Mad Movies, Starlog, Forgotten Silver, dossier de presse Superman IV, Empire Magazine

 

 

Lire review SUPERMAN III

Lire review SUPERMAN II

Lire review SUPERMAN : THE MOVIE

Lire biographie Christopher Reeve 

   

 

 

Bande annonce mettant en valeur sur le ton de l'humour les nombreux défauts de Superman IV 

 

 


 

 

Extrait de la scène de la tornade (finalisée) incluse lors de la sortie cinéma de Superman IV

 

 


 

 

 

Extrait de l'emission ENTERTAINEMENT TONIGHT (1986) dédiée au tournage de Superman IV

 

 


 
Une excellente chronique vidéo dédiée à Superman IV

 

 

 

 

affiche-superman-iv-1347284045

Partager cet article

Repost 0
Published by Silver Screen - dans Films
commenter cet article

commentaires

jerome 03/08/2013 14:59

aucune chance de revoir le montage international du film. A l'époque, Warner avait les droits US et Cannon les droits monde, ce qui a fait que deux montages ont coexisté. Maintenant Warner possède
les droits monde et préfère proposer pour des questions de coûts un seul montage pour tout le monde. Il faut dire aussi que Superman IV n'est pas vraiment un film important de leur catalogue, donc
peu d'efforts sont faits éditorialement parlant, ce qui est bien compréhensible

jerome 31/07/2013 10:24

Très bon papier, bonne synthèse de l'aventure chaotique du film.
Et je vois qu'on s'est documenté ;)

Silver Screen 02/08/2013 18:07



Merci beaucoup Jérôme pour votre commentaire. Cela fait vraiment très plaisir d'être lu par un spécialiste. Forgotten Silver est un site que je fréquente très régulièrement. J'ai par ailleurs
beaucoup apprécié votre "Mad Cut" dédiée à SUPERMAN IV. Elle a constitué une excellente référence pour écrire cet article ;)


PS : A quand la version de 92 minutes de SUPERMAN IV en DVD? Il est un peu frustrant de devoir revenir sur nos bonnes vieilles VHS pour revoir le montage européen finalisé ^^



Présentation

  • : SILVER SCREEN
  • SILVER SCREEN
  • : "Créé en 2010, "SILVER SCREEN CHANNEL" est dédié au cinéma et aux séries télévisées fantastiques et de science-Fiction. Vous y trouverez notamment des chroniques détaillées sur des oeuvres ayant marqué le genre ainsi que de nombreux articles biographiques (acteurs, réalisateurs). SILVER SCREEN CHANNEL se consacre enfin régulièrement à l'étude des adaptations de comics sur le grand et petit écran. Depuis 2015, SILVER SCREEN dispose d'une branche associative dédiée à la réalisation de films amateurs et de chroniques vidéos. Bonne lecture à vous!" - Sébastien Fosse
  • Contact

Radio Silver Screen

Recherche

Pages