Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 14:00
SPACE_1999-early_publicity_photo.jpg

SYNOPSIS : 9 septembre 1999, John Koening est nommé commandant de la base lunaire Alpha par la commission spatiale en remplacement du commandant Gorski, relevé de ses fonctions par le commissaire Simmonds; celui charge Koening de diriger une mission d'exploration vers Meta, une planète susceptible d'être colonnisée qui doit prochainement passer à proximité de la lune. 

Dès son arrivé, Koening apprend par le Dr Helena Russell et le Pr Victor Bergman qu'un mystérieux virus a causé la mort de plusieurs astronautes atteint de liaisons cérébrales liées à de probables radiations dans le secteur des déchets radioactifs. 

Le Dr Russel déconseille à Koening d'autoriser le lancement de la mission; ce dernier décide de prendre certaines précautions et de faire effectuer des vérifications avant de donner son aval définitif. 

Le secteur 1, inutilisé depuis 5 ans, explose subitement sous l'influence d'ondes magnétiques très intenses. La menace d'une réaction en chaîne sur le secteur 2, 140 fois plus grande que le secteur 1, incite Koening à faire déplacer les piles nucléaires qui y sont entreposées par le biais des aigles, les vaisseaux spatiaux de la base. 

Le 13 septembre 1999, au cours de l'opération, une explosition thermonucléaire d'une grande intensité se déclenche soudain, éjectant la une hors de l'orbite terrestre et la propulsant inexorablement, avec les survivants de la base, vers l'immensité sidérale... (Résumé de Didier Liardet - Cosmos 1999, le fabulaire de l'espace). 

Repost 0
Published by Silver Screen - dans Vidéos
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 22:55

La sortie de Star Wars: Episode VII - The Force Awakens, réalisé par J.J. Abrams, est prévue pour le 18 décembre 2015. Plus tôt ce mois-ci, le géant Disney avait annoncé que le tournage commencé en mai en Grande-Bretagne était terminé. 

Les membres d'origine du casting Harrison Ford, Carrie Fisher, Mark Hamill, Anthony Daniels, Peter Mayhew et Kenny Baker seront à l'affiche du nouveau long-métrage, aux côtés de plusieurs étoiles montantes comme Lupita Nyong'o, Oscar du meilleur second rôle cette année. 


http://i2.mirror.co.uk/incoming/article3477199.ece/alternates/s1023/Star-Wars.jpg
Repost 0
Published by Silver Screen - dans Vidéos
commenter cet article
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 21:45

 

Traumatisé par la mort de sa femme, prisonnière d’une voiture en feu, le Docteur David Bruce Banner (Bill Bixby) se consacre avec son assistante (Susan Sullivan) à la recherche sur l’adrénaline et le potentiel surhumain que chacun possède en lui mais qui ne se révèle que dans des circonstances exceptionnelles. Durant une expérience en radiologie, le scientifique est accidentellement irradié par une forte dose de rayons gamma provoquant une altération de son ADN. Les effets de cet incident sont catastrophiques : dès qu’il éprouve une forte émotion (colère, peur, douleur), il se métamorphose en une créature violente et primitive : l’Incroyable Hulk (Lou Ferrigno).

 

PRODUCTION

 

Ce téléfilm, diffusé en 1977 sur CBS, constitua une agréable surprise, tant pour la critique que les téléspectateurs. En effet, à l’époque, aucune adaptation de super-héros ne bénéficiait encore d’un traitement «sérieux». Les séries télévisées « Batman » et « Wonder Woman » (seule véritable référence du genre dans les années 1960 et 1970) privilégiaient notamment une approche humoristique pour séduire un large public. Avec l’Incroyable Hulk, le réalisateur - scénariste Kenneth Johnson (« L’Homme qui valait trois milliards », « Super Jaimie », « V ») se distingue de ses prédécesseurs en adoptant une tonalité réaliste et dramatique. Ainsi, dès l’ouverture du téléfilm, le ton est donné : « Chacun de nous est habité par une fureur atroce et déchaînée » énonce le narrateur. Le film est ainsi essentiellement une aventure humaine, celle du Dr David Banner. Dès les premières minutes, le chercheur est présenté comme un personnage profondément torturé par le décès de son épouse Laura. Ses recherches sur la force physique sont en réalité devenues une obsession visant à identifier les raisons pour lesquelles il n’est pas parvenu à extraire sa femme d’une voiture en feu. L’interprétation de Bill Bixby (« Mon Martien Favori », « Le Magicien ») dans le rôle du Docteur David Banner s’avère d’ailleurs particulièrement émouvante. Elle constitue l’un des principaux atouts de ce téléfilm. Bixby y partage la vedette avec Susan Sullivan qui interprète le Docteur Elaina Marks, une proche collègue du Docteur Banner. La jeune femme l’assistera et le soutiendra durant toute cette première aventure. Ce pilote accorde également une place majeure à un autre personnage inventé pour la télévision : le reporter du National Register Jack McGee (Jack Colvin). L’introduction de ce journaliste d’investigation qui poursuivra Hulk d’épisode en épisode – est un ajout typiquement hollywoodien, un artifice servant de ligne directrice à la série ; ce motif récurrent n’est pas sans rappeler le thème central de la série Le Fugitif, diffusée de 1963 à 1967, où Richard Kimble (David Janssen) était traqué sans relâche par le lieutenant Philip Gerard (Barry Morse).

 

pdvd002is6-copie-1.png

Dans ce contexte, cette adaptation télévisuelle s’éloigne sensiblement de la bande dessinée originale créée par Stan Lee et Jack Kirby en 1962. Kenneth Johnson s’est en effet véritablement réapproprié l’histoire afin de la rendre la plus humaine et la plus vraisemblable possible. Le personnage de Banner / Hulk, les rayons gamma et la colère source des métamorphoses sont ainsi les seuls éléments figurant dans le comic book original. Aucun « vilain » n’est par ailleurs présent dans le téléfilm. Les trois transformations du scientifique dans le pilote sont le résultat, non pas de confrontations physiques, mais de fortes émotions (douleur, stress et peur) ressenties par le Dr Banner. Ce sont d’ailleurs ces métamorphoses qui feront le succès de la série notamment auprès des plus jeunes : une musique stridente, suivi d’un gros plan sur les yeux devenus blancs de David Banner pour finir sur les déchirements de chemises. Ces séquences seront reprises durant chaque épisode du show et en feront sa marque de fabrique.

 

 

HULK-PROMO-1978.jpg

Comparé aux comics des années 1970, le culturiste Lou Ferrigno s’avère convainquant dans le rôle de Hulk. Tous les moyens possibles à l’époque ont été utilisés pour donner vie au célèbre géant vert.  Pour ce premier téléfilm, sous la direction du maquilleur Werner Keppler (« V », « Alien Nation ») la créature adopte un look néandertalien (à l’aide d’une prothèse faciale), le monstre étant conçu comme une sorte de version primitive de l’être humain. Il apparaît ici totalement muet (contrairement aux comics) ne parvenant à s’exprimer que par de simples grognements. Le monstre n’est toutefois pas dépourvu de sensibilité (à l’image de David Banner) comme le prouve sa dernière scène dans le téléfilm. Par ailleurs, en termes de mise en scène, Kenneth Johnson filma souvent Lou Ferrigno en contre plongée afin de lui donner davantage de démesure, le culturiste mesurant en réalité moins de deux mètres.

 

 

5618a.jpg

 

Au final, ce premier téléfilm s’avère de très bonne facture pour les amateurs du genre. L’épisode donne notamment une dimension très humaine à l’histoire de Hulk. La qualité du jeu de Bill Bixby alliée au scénario et à la mise en scène de Kenneth Johnson hisse ce pilote au rang des meilleurs épisodes de cette série télévisée.

 

 

 

INFOS SUPPLEMENTAIRES

 

 

* Le téléfilm a été tourné en 18 jours en Californie avec un budget de 2 millions de dollars. Plusieurs scènes ont été filmées à l’Institut des Arts de Californie et au Providence Saint Joseph Medical Center.

 

* A l’origine c’est Richard Kiel (Requin, l’adversaire de James Bond dans deux films avec Roger Moore) qui interprétait la créature dans l’épisode pilote. Malgré sa grandeur, il fut finalement remplacé par Lou Ferrigno, faute d’une musculature suffisante. Néanmoins, l’acteur apparaît très brièvement (en contre-plongée) dans le rôle de Hulk lorsque le monstre arrache un arbre pour sauver une petite fille tombée dans un lac.

 

* Plusieurs séquences dans lesquelles figurent la créature font directement échos au Frankestein (1931) avec Boris Karloff. La plus notable met en scène Hulk et une petite fille au bord d’un lac.

IncredibleHulkep

 

* Le moulage de l’empreinte du pied de Hulk dévoilé par Jack McGee est en réalité un accessoire de l’épisode d’ouverture de la seconde saison de « Super Jaimie » intitulé «The Return of bigfoot».

 

* La femme de David Banner est interprétée par l’actrice Lara Parker. Son nom ne figure pas au générique du téléfilm. 

 

 

 

Photo Promo 1978

 

 

 

 

 
Repost 0
Published by Silver Screen - dans Films
commenter cet article
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 22:24


christopher-reeve-as-superman-wallpapers_23687_1024x768.jpgSilver Screen vous propose de redécouvrir la série de documentaires diffusée par ARTE en février 2014 et consacrée à l’univers des super-héros. Cette production a été réalisée par Michael Kantor pour la chaîne PBS (octobre dernier). Elle a été distribuée par ARTE EDITIONS en DVD en avril dernier. 

 

Synopsis :

 

"La fascination de l'Amérique pour les super-héros est tenace. Ce surplomb du super-héros sur le trône de la culture populaire a sa généalogie, qui court tout au long du siècle précédent, en accompagne les grandes secousses géopolitiques, double l'Histoire en marche d'une autre histoire, fantasmatique, parfois "révisionniste", parfois au contraire critique, et toujours organiquement liée à l'imaginaire collectif de son temps. De la littérature «pulp» sur papier journal aux fastes hollywoodiens, de l'anoblissement culturel avec les "graphic novels" jusqu'aux prolongements ludiques de l'industrie du jeu vidéo, cette ambitieuse collection coproduite entre les Etats-Unis et la France s'attache à dessiner les contours d'une mythologie aux supers-pouvoirs, dont le plus saillant est d'avoir su régulièrement s'inventer de nouvelles formes et se reconfigurer".

 


 

 

 


 

 

 


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Silver Screen - dans Vidéos
commenter cet article
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 20:40

Quinn-et-le-professeur.jpg

SILVER SCREEN vous propose une chronique dédiée à la célèbre série imaginée par Tracy Tormé et Robert K. Weiss : "Sliders : les mondes parallèles". Diffusée sur M6 à partir de 1996, "Sliders" proposait aux téléspectateurs de suivre quatre explorateurs à travers des univers parallèles : "La même Terre, au même moment mais dans des dimensions différentes".

 

Ce dossier est à retrouver en exclusivité sur le site internet du Magazine des Series qui fait notamment l'objet d'une émission hebdomadaire sur Radio Campus Lille le samedi de 14h à 15h. Le travail réalisé par Christophe Dordain et son équipe a pour principale vocation de donner la parole à tous les amateurs de séries, qu'ils soient journalistes ou bien téléphiles. Le site internet du Magazine des Séries comprend notamment des chroniques, des guides des épisodes ainsi que des articles dédiés aux carrières des acteurs et réalisateurs du petit écran, toutes époques confondues. Nous vous invitons à parcourir leur site et à apprécier toute la richesse du travail réalisé par cette équipe de passionnés. 

 

Lire notre chronique dédiée à "SLIDERS" : link / Explorer le site du Magazine des Séries : link

 

 

 

 

Sliders.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Silver Screen - dans Actualités
commenter cet article
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 11:30

majindarkskiesAu milieu des années 1990, alors que The X-FILES obtient un franc succès depuis plusieurs années sur FOX TELEVISION, une mode du paranormal s’installe rapidement au sein de la télévision américaine. Dans ce contexte, un tout nouveau programme également basé sur le thème des complots extraterrestres fait son entrée dans la « Thrillogy » de N.B.C. Mais au lieu d'une pâle copie des aventures de Mulder et Scully, les scénaristes proposent aux téléspectateurs une série innovante basée sur une relecture de l’Histoire américaine.


Silver Screen vous propose de revenir sur ce programme relativement méconnu du petit écran.

   

 

 


 

 

SYNOPSIS

 

 


Au début des années 1960, John Loengard (Eric Close) et Kim Sayers (Megan Ward), un couple de fonctionnaires fédéraux, prennent respectivement leurs fonctions auprès d’un sénateur et de Jackie Kennedy à Washington D.C. Dans le cadre de son nouveau poste, John se voit charger d’étudier l’intérêt financier du projet Blue Book dont la principale mission consiste à analyser les différentes apparitions d’O.V.N.I. à travers le pays. Ce qui ne devait être qu’une enquête administrative de routine révèle bientôt une incroyable vérité. Après avoir rencontré un couple qui prétend avoir été enlevé par des extraterrestres, John est agressé par le capitaine Frank Bach (J.T. Walsh), qui dirige la mystérieuse organisation Majestic 12. Œuvrant dans le plus grand des secrets, le MJ 12 a été initié pour lutter contre l’invasion de la planète par une mystérieuse forme de vie intelligente connue sous le nom de Hive. Peu à peu, Loengard découvre que la plupart des évènements de l’histoire des Etats-Unis ne sont en fait que complots et manipulations de la part des Hive ou des réponses à leur invasion insidieuse.

 

 

John et Kim entreprennent alors un long périple à travers les Etats-Unis pour tenter de mettre fin à la menace de l’envahisseur tout en tentant de prendre leur distance de Majestic 12.

 

 

 

dark-skies-cast-w-walsh

 

 

UNE RELECTURE ORIGINALE DE L'HISTOIRE DES ETATS-UNIS

 


Créée par Bryce Zabel et Brent V. Friedman, Dark Skies semble à la simple vue de son épisode pilote trouver ses sources d’inspiration dans les séries « The X-Files », « Le Fugitif » et « Les Envahisseurs ». Mais très rapidement on ne peut que constater que les ambitions des deux créateurs dépassent de très loin un simple croisement entre ces trois programmes.

 

 

Bryce Zabel estimait très justement que l’idée sur laquelle Dark Skies se basait ne ressemblait en rien à tout ce qui avait pu se faire jusqu’alors dans le domaine de la Science-fiction : « Réinterpréter l’histoire sous l’angle d’une invasion extraterrestre, vous ne trouvez pas que ça décoiffe ? La plupart des œuvres de science-fiction se situent dans un avenir plus ou moins proche. Mais pour nous, le futur a commencé hier. Notre science-fiction, c’est plutôt de la rétro-science-fiction. Du futur antérieur. Antérieur au présent ».

 

 

Dans ce contexte, les créateurs de la série ont développé une intrigue de longue haleine, rythmé par de multiples évènements fondés sur les témoignages et autres anecdotes « réels » liés aux O.V.N.I. de 75 millions d’années avant J.-C. à 2008. Conçu pour durer cinq saisons, c’est en 1960, peu avant l’assassinat du Président Kennedy, que les aventures de John Loengard et Kim Sayers débutent. Une période qui n’a visiblement pas été choisie par hasard : « C’est dans les années soixante que je suis passé de l’adolescence à l’âge adulte. J’ai donc une assez bonne connaissance des évènements de cette période » expliquait Bryce Zabel au magazine X Posé en 1998. Le créateur de Dark Skies est par ailleurs un Ufologist (passionné d’O.V.N.I.) depuis qu’il a lu l’ouvrage intitulé « The Interrupted Journey » traitant de l’affaire de Betty et Barney Hill, survenue en 1966.

 

 

Habillement écrite, la série va au cours de ses vingt épisodes proposer aux téléspectateurs un petit voyage au travers une décennie marquée par de nombreux bouleversements politiques, culturels et technologiques.  De l’assassinat de J.F.K. à la guerre du Vietnam en passant par la conquête spatiale et les émeutes de Watts, Bryce Zabel et Brent V. Friedman intègrent à leurs scénarios une vision particulièrement originale de l’Histoire américaine en prenant le postulat que la « Vérité » a été dissimulée au grand public.

 

 

Mais contrairement à  « The X-Files » qui laissera très longtemps planer le mystère sur les origines des extraterrestres, Dark Skies affichent dès l’épisode pilote les preuves à l’écran. Quand le Capitaine Bach emmène John dans les archives de Majestic 12, la nouvelle recrue s’entend dire « La vérité est là, troisième porte à droite » !

 

 

 

 

 

 

a-grey-alien-dark-skies-29955414-462-406

 

 

 

 

 

UNE SERIE EPHEMERE

 


Après la première saison et la relecture des années 1960, Dark Skies devait continuer d’explorer l’Histoire des Etats-Unis. L’idée étant que chaque saison prendrait place au cœur d’une décennie. Il aurait donc fallut à un moment donné résoudre la question du vieillissement des personnages et recourir à des effets spéciaux de maquillage pour les comédiens « Personne n’a dit que tout cela allait être facile » expliquait Zabel au magazine X-Posé. « Nous résoudrons les questions au fur et à mesure que nous les rencontrerons. Si nous devons vieillir les acteurs, nous trouverons des solutions pour les vieillir de façon convaincante. Nous voulons que le temps de notre récit et celui de la réalité finissent par se confondre : l’épisode diffusé le 31 décembre 1999 se passera … Le 31 décembre 1999, et il contiendra une annonce historique ».

 

 

Les lois de l’audimat en décidèrent malheureusement autrement puisque Dark Skies fut annulé au bout de sa première saison par la chaîne NBC et le dernier épisode fut diffusé le 31 mai 1997. Le programme n’a malheureusement pas su trouver son public (faute de promotion par la NBC selon certain, ou par son côté rétro). Dans ce contexte, on peut légitimement penser que la série serait aujourd’hui mieux accueillie dans le paysage audiovisuel actuel. « The X-Files » n’ayant pas vraiment trouvé de successeur. A quand un remake de « Dark Skies » à la télévision ?

 

 

 

 

 

20488613-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-xxyxx

 

 

 

LE SAVIEZ-VOUS?

 


* La série se déroule entre le 1er mai 1960 et le 22 juin 1967.

 

 

* L’épisode pilote fut réalisé par Tobe Hooper, metteur en scène connu notamment pour des films tels que « Poltergeist » ou « Life Force ».

 

 

* Dans toutes les équipes produisant une série télévisée circule ce qu’on appelle une « bible », c'est-à-dire un manuel que chaque collaborateur peut consulter et qui garantit l’homogénéité de l’ensemble, chaque épisodes étant le plus souvent réalisés et écrits par des individus différents. Pour Dark Skies cette bible a pris d’étonnantes proportions puisque les créateurs de la série ont établi une chronologie s’étalant sur 75 millions d’années !

 

 

* Dark Skies fut récompensé à la cérémonie des Emmy Awards de 1997 pour son générique. Eric Close et Megan Ward furent de leurs côtés nominés aux Saturn Awards en tant que meilleurs acteurs de série tv.

 

johnkimup

 

 

 

 

 

* L’interprète de John Loengard, Eric Close, s’illustra dans l’excellente série (malheureusement éphémère) « Un agent très secret » avant de connaître la consécration avec « FBI : Portés Disparus ».

 

815589-1

 

 

 

 

 

* L’interprète de Kim Sayers, Megan Ward a interprété pendant quatre ans le personnage de Kate Haward dans la série "Hopital Central".

 

 

 

 

2683

 

 

 

 

* L’actrice Jeri Ryan a participé à 8 épisodes de la série avant de rejoindre par la suite le casting de « Star Trek : Voyager » dans le rôle de Seven of Nine.

 

9a4cf6b133084ec74ba83a95300acf2f

 

 

 

 

* J. T. Walsh, l’interprète du capitaine Frank Bach, est décédé d’une crise cardiaque le 27 février 1998 à l’âge de 54 ans. Il participait à un programme spirituel de « remise en forme » dans le centre Optimum Health Institute de San Diego.

 

jtw-fix

 

 

 

 

* En France, la série fut pour la première fois diffusée le 17 octobre 1997 sur Série Club avant de rejoindre par la suite la célèbre trilogie du samedi sur M6.

 

 

* Depuis juillet 2013, Dark Skies est disponible en DVD. Une très bonne surprise étant donné que le programme a été très peu rediffusé ces dernières années. Néanmoins, les épisodes ne sont malheureusement pas présentés dans leur ordre chronologique ce qui nuit sévèrement à la cohérence de l’œuvre. Voici la liste des épisodes dans leur ordre original :

 

jpg Dark Skies - L impossible verite - L integrale de la se

 

 

 

 

 

1 – Le réveil

2 – Ultimatum

3 – Les ailes de minuit

4 – Autodestruction

5 – Nom de code : Dreamland

6 – Inhumain

7 – Futur antérieur

8 – Ennemis rapprochés

9 – Nous vaincrons

10 – La dernière vague

11 – L’ennemi de l’intérieur

12 – Omission

13 – Le lapin blanc

14 – Appel vers l’ailleurs

15 – Les tours de Watts

16 – A chacun sa guerre

17 – La proie des ténèbres

18 – Inconnus dans la nuit

19 – La voix du sang

 

 

 

 

NOTRE AVIS

 


Méconnue du grand public, la série "Dark Skies" constitue un des nombreux exemples de programmes éphémères qui auraient mérité de se prolonger sur plusieurs saisons. Bien écrite et interprétée (Eric Close, Megan Ward et J.T. Walsh sont excellents dans leurs rôles respectifs), la série se distingue habillement des « Envahisseurs » et de « The X-Files » en mettant en place sa propre mythologie et en proposant une relecture originale de l’Histoire des Etats-Unis dans les années 1960. A l’aube du cinquantième anniversaire de l’assassinat de J.F.K., l’ambiance du show se révèle redoutablement efficace.

 

 

L’une des forces de la série réside par ailleurs dans le format adopté par ses créateurs. Contrairement à beaucoup de ses séries contemporaines, Dark Skies est un véritable feuilleton, chaque épisode constituant une seule et même histoire. L’intrigue est ainsi prenante et l’on s’attache rapidement aux deux protagonistes. L’annulation du programme est cependant la preuve qu’une production de qualité ne garantit pas une longue vie.

 

 

Bref, vous l’aurez compris, nous avons été séduits par Dark Skies… Et si vous êtes également intéressé par les histoires d’invasion extraterrestre nous vous encourageons vivement à la redécouvrir. 

 

 

Interview en anglais du créateur de la série (2011) Bryce Zabel : http://www.bullz-eye.com/television/interviews/2011/bryce_zabel.htm

 

 

Interview en anglais de l'actrice Megan Ward (2011) : http://www.bullz-eye.com/television/interviews/2011/megan_ward.htm

 

 

 

Vidéo promotionnelle de la série sur NBC : 

 

 

 


 

 

 

 

 

Générique 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

20488612-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-xxyxx

Repost 0
Published by Silver Screen - dans Série TV
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 15:03

doctor-who-50th-large

La chaîne France 4 a célèbré le 50ème anniversaire du Doctor Who samedi 23 novembre à partir de 20h05. Celle-ci a démarré avec le dernier épisode de la saison 7, intitulé Le Nom du Docteur. Il a été suivi à 20h50 d’un épisode inédit, spécial 50e anniversaire, avec le titre Le Jour du Docteur.

Cet épisode exceptionnel fut diffusé en simultané sur la BBC et dans près de 75 pays. 

 

Le Jour du Docteur a été suivi par 719 000 téléspectateurs en France, soit 2,9% de part d'audience. 

 

Pour plus d'informations sur la série : cliquez ici 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 


Repost 0
Published by Silver Screen - dans Actualités
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 00:00

293952__63719.1364207681.500.500.jpgIl y a vingt ans déjà, le monde de la télévision pleurait la disparition de Bill Bixby, le célèbre interprète du Dr David Bruce Banner dans "L'Incroyable Hulk". SILVER SCREEN CHANNEL tenait à rendre hommage à cet acteur talentueux qui aura bercé la jeunesse de nombreux téléspectateurs. 

 

Vous découvrez ci-dessous quelques coupures de presse de l'époque, plusieurs témoignages,  ainsi que deux vidéos montées par nos soins. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG 0001 (Télé 7 jours - Décembre 1993

 

 

 

 

Hommage Bill Bixby

Hommage Bill Bixby

 

  (Télé K7 - Décembre 1993

 

 

TEMOIGNAGES ACTEURS

 

1 f8fcd9915fc60108148d7109c3df9ba6Lou Ferrigno (Hulk). “ Mon moment favori sur la série a été ma rencontre avec Bill Bixby. Je l’adorais dans « Mon Martien Favori » et « The Courtship of Eddie’s Father ». C’était la toute première star que je rencontrais. A l’époque je n’avais aucune expérience avec le monde du showbusiness et les réalisateurs. Bill m’a pris sous son aile et m’a appris beaucoup ».

 

« Bill était très ingénieux, rapide et intelligent, il était vif d’esprit. Et s’il devait être honnête avec vous, il le faisait. Il vous disait la vérité. Un matin je suis arrivé en retard sur le plateau. J’étais si fatigué que je ne suis pas arrivé à l'heure. Je me souviens avoir entendu Bill me dire « Louis, heureux de te voir enfin. Je dois te parler », et j’ai pensé « Oh mon Dieu, je vais me faire botter les fesses ». Et ça été le cas. Mis à part cela, on a toujours passé de bons moments. Le meilleur conseil qu’il me donna ce jour là était le suivant : « quand tu viens sur le plateau, ne sois pas en retard. Respecte l’équipe parce qu’ils travaillent dur ».  Je me suis toujours souvenu de cela. Je me souviens m’être tellement senti fier quand Bill Bixby m’a dit plus tard « Ton personnage a tissé un  lien avec le public »". 

 

 


1 55e3c63e33d41eda865607fcb80b36cdLoni Anderson (Sheila Cantrell – episode “Meurtre au feminin")
. L’actrice se souvient de Bill Bixby dans son autobiographie “My Life in High Heels” (1995).
“ABC allait commencer le tournage d’un téléfilm, une comédie intitulée “Three on a date” réalisé par Bill Bixby. Quand je suis arrivé, Bill Bixby, Danny Thomas et Ron Jacobs étaient là. Ce n’était pas vraiment un accueil chaleureux. J’étais une totale inconnue pour eux. Mais après quelques longues minutes, Bill Bixby s’est penché en avant et a dit lentement « si vous pouvez parler, vous avez le rôle ». « Bix est devenu un bon ami durant ce tournage et l’est resté des années plus tard. Il m’a demandé de jouer dans l’Incroyable Hulk. J’interprétais une meurtrière et Jeremy Brett, connu pour son interprétation brillante et indiscutable de Sherlock Holmes sur PBS, jouait mon amant et mon complice. Tout le monde croyait que Hulk avait tué alors que c’était moi. Quelle joie. Quand j’ai appelé ma grand-mère et lui ai dit que j’allais jouer une meurtrière, elle m’a répondu qu’elle ne pouvait le dire à personne, et surtoutd pas à son club de bridge. Lorsque je tournais « Nurses » en 1993, Bix réalisait au même moment « Petite Fleur ». Je le voyais régulièrement et nous partagions avec amusement nos souvenirs sur « Three on a date ». Nous nous soutenions mutuellement : mon mariage avec Burt (Reynolds) s’était mal terminé et Bix combattait vaillamment un cancer de la prostate, comme mon père. Il s'était récemment remarié, sa première femme, l'actrice Brenda Bennet s'était suicidée après la mort de leur fils. La mère et le fils étaient déjà venu sur le plateau de "Three on a date" et les avoir perdu tous les deux a été un grand chagrin pour lui". L'actrice revient sur son implication sur la sitcom "Petite Fleur" : "Les personnes que dirigeait Bix et le travail qu’ils réalisaient ensemble signifiaient tellement pour lui. Cela lui donnait du courage. Une semaine avant qu’il ne meurt il travaillait encore sur « Petite Fleur ». S’il devait y avoir un modèle à suivre à Hollywood, Bill Bixby serait l’un d’entre eux". 

 

 

TDoTIH-3-copie-2.jpgElizabeth Gracen (Jasmin - "La Mort de l'Incroyable Hulk") : J’ai auditionné pour “La Mort de l’Incroyable Hulk” avec plusieurs autres actrices qui correspondaient au rôle à l’époque » explique Gracen. « ça été un long processus fatiguant. Bill m’a toujours voulu pour le rôle, mais d’autres exécutifs avaient des doutes parce que j’étais nouvelle dans le métier. Je lui dois beaucoup d’avoir obtenu le rôle ». Elle se souvient que Bill Bixby était une source d’inspiration pour tout le monde sur le plateau. « Bill était réalisateur, producteur, acteur sur la série » explique t-elle. « Il débordait littéralement d’énergie! Il n’y a que quelques réalisateurs comme ça avec lesquels j’ai eu la chance de travailler, mais aucun n’avait la dévotion de Bix. Il travaillait sur tous les fronts. (...) Bix était totalement Américain. C’était le gars qui voulait faire plaisir à tout le monde. Il avait un grand cœur. Beaucoup d’ego. Je n’ai que des souvenirs fantastiques avec lui”. Gracen se souvient que son rôle était physique mais également à multi facettes. « Pour une débutante c’était un véritable défi. Je me suis beaucoup amusée à adopter des déguisements et des accents différents. J’ai interprété plusieurs espionnes depuis, mais là c’était ma toute première. Bix a été d’un grand soutien et s’amusait également de mes déguisements ». Pour Gracen le rôle a eu des répercutions positives immédiatement sur sa carrière. « Après le tournage, j’ai revu Bix plusieurs fois avant sa mort. Je crois qu’il me respectais vraiment. Il croyait en moi. C’est important pour un acteur”.

 

"Sur un plan personnel, j'ai vu Bix changer du fait de sa maladie. Son énergie n'a jamais fléchi, mais il s'est adouci avec le temps. Il est devenu très à l'écoute des gens, plutôt que d'être un showman. Sur le plateau c'était toujours le showman. Toujours. Il était hilarant. Il était tellement gentil avec moi. Et la dernière fois que je lui ai parlé, il était si ouvert, il se préoccupait vraiment de moi. Il m'écoutait. Il avait trouvé la paix. Je l'adorais. Même maintenant, rien qu'en pensant à lui, j'en ai le coeur gros (...). C'était un homme unique. Il me manque". 

 

 

 

TEMOIGNAGES DES FANS :  "LES AMIS DE L'INCROYABLE HULK"

 

Vous pouvez contribuer à cette page en nous contactant à l'adresse : lesamisdehulk@outlook.fr

 

 

 


Corbis-AX930983.jpg"J'ai toujours été fan de la série l'incroyable Hulk et cela grâce à Bill Bixby qui a mis toutes ses qualités dans la série. Il devait être gentil, adorable, drôle et j'ai même pas assez de qualités pour le décrir je pense. J'ai toujours regretté de ne pas être né plus tôt dans les années 70 j'aurai tellement voulu faire sa connaissance car il avait de la sympathie énorme envers les gens. J'ai encore sur vhs le Hollywood Stories qui lui était consacré où l'on voit sa vie et d'ailleurs ça m'a permis de voir que malheureusement il n'aura pas eu beaucoup de chance avec la perte de sa femme et de son fils. Sa dernière interview à la télé m'a fait mal au coeur car il était au bout de sa maladie. Il aurait du être heureux il le méritait. Mais je pense qu'il doit l'être maintenant et sincèrement j'espère pour lui .

RIP on ne t'oublie pas Bill et on ne t'oubliera jamais... "

 

Guillaume Jonckint

 

 


 

 

 

 

--KGrHqZ--q4E-oG2ciO4BP7PyYFqZw--60_57.JPG"Bill Bixby était un acteur que j'appréciais beaucoup depuis que je l'avais découvert dans la série "Le Magicien" (ne pas confondre bien sûr avec la série avec David Rappaport), puis dans le feuilleton "Le riche et le pauvre" avant "L'incroyable Hulk" que j'ai adoré et qui me faisait penser à la série "Le fugitif" avec David Janssen. Ce n'est que plus tard que je l'ai découvert dans une série plus ancienne "Mon Martien préféré". je me souviens encore l'avoir vu dans un épisode de "La croisière s'amuse" auprès de celle qui avait été son épouse et mère de son fils, j'avais été très peiné également par l'annonce de leurs disparition puis par la maladie de Bill et son décès. Je ne les oublie pas".

JLG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Lire Biographie de Bill Bixby 

 

 

360_a1597e6425afd9a1251a46e2eda6e373.jpg

Repost 0
Published by Silver Screen - dans Actualités
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 20:48

superman-iv-4

 

Après un troisième épisode résolument trop orienté vers la comédie, l’Homme d’Acier finit par revenir dans les salles obscures en 1987. Pour ce nouvel opus, Christopher Reeve souhaitait redorer le blason du super-héros en renouant avec la qualité du premier film signé par Richard Donner. SILVER SCREEN revient sur  la production de ce dernier volet de la saga originale.

 

 


SYNOPSIS


 

Superman (Christopher Reeve) revient sur Terre au terme d’un long voyage interplanétaire. Il reprend l’apparence du timide journaliste Clark Kent, regagne les bureaux du Daily Planet et découvre que  Perry White (Jackie Cooper) a été contraint de céder le grand quotidien au richissime David Warfield (Sam Wanamaker), qui veut en faire un journal à sensation. Sa fille, Lacy Warfield (Mariel Hemingway), tombe bientôt amoureuse de Clark qu’elle s’étonne de voir disparaître périodiquement pour de mystérieuses missions.

   

De son côté, Lex Luthor (Gene Hackman),  a échafaudé un plan diabolique : à l’aide d’une mèche de cheveux de Superman, il a fabriqué un Homme Nucléaire (Mark Pillow) qu’il lance à l’assaut du héros …

 

 

 

 

31569L

 

 

 

PRODUCTION

   


Suite à l’échec commercial de Supergirl réalisé par Jeannot Szwarc, les producteurs Ilya et Alexander Salkind cèdent les droits de Superman à Menahem Golan et Yoram Globus, patrons de la société Cannon Films, en mai 1985 lors d’un dîner à Cannes. A l’époque, la firme jusqu’alors connue pour ses longs métrages à petits budgets, est en plein développement. Elle initie plusieurs séries de films telles qu’Allan Quatermain ou Delta Force et affiche clairement la volonté d’exploiter des franchises lucratives sur le grand écran (Les Maîtres de l’Univers).

     

Pour les nouvelles aventures de l’Homme d’Acier au cinéma, la société souhaite bien entendu le retour de son interprète original, Christopher Reeve. Néanmoins, l’acteur est quelque peu sceptique à l’idée de renfiler la cape. Il reste en effet très déçu par le troisième volet de la saga mais se laisse finalement convaincre dès lors qu’on lui propose un droit de regard sur le script de Superman IV : « C’était pour moi une condition sine qua non. J’avais besoin de retrouver mon enthousiasme original pour le personnage de Superman et d’exercer davantage de contrôle sur lui. J’avais insisté pour que cet épisode touche à des problèmes actuels. Superman n’y fait plus seulement figure d’extraterrestre, et s’il est doué de pouvoirs spéciaux, il n’en appartient pas moins à notre monde». Le but de Christopher Reeve est en quelque sorte de revenir à l’essence des premières aventures de Superman. En effet, dans les années 1940, l’Homme d’Acier était très ancré dans son époque. Jerry Siegel et Joe Schuster avait notamment publié dans le Look Magazine une histoire intitulé « Comment Superman arrêterait la guerre ? ». En l'espace de quelques vignettes, les deux auteurs nous montraient Superman faire un saut à Berlin et Moscou, y capturer Adolf Hitler et Joseph Staline, avant de les livrer à la société des nations, où ils étaient immédiatement jugés. Mais l'acteur souhaite avant tout, dans un contexte de guerre froide, livrer un message pacifiste, un peu à la manière du film "Le Jour où la terre s'arrêta" (1951). Dans ce contexte, Mark Rosenthal et Lawrence Konner ("Les Diamants du Nil", "Star Trek VI") sont alors engagés pour écrire le script du film.  

 

 

Superman IV BTS 13

 

 

Côté réalisation, Richard Donner est logiquement approché pour relancer l'Homme d'Acier. Il décline néanmoins la proposition déclarant avoir fait le tour du personnage. Les conditions de tournage sur les deux premiers films avec les Salkind l'ont probablement dissuadés de reprendre l'aventure. Wes Craven, connu à l'époque pour avoir réalisé "Les griffes de la nuit" (1984), est également envisagé pour donner un nouveau souffle à la saga. Mais c'est finalement Sidney J. Furie qui sera sélectionné par les producteurs. Son expérience pour les scènes de vol dans "l'aigle de l'enfer" (1986) semble avoir été déterminante. "Je suis venu sur Superman IV six mois après que la Cannon eut démarré la production" explique le metteur en scène au Mad Movies en 1987. "Le projet m'intéressait et je n'avais jamais travaillé sur un tournage de ce type avec de nombreux effets spéciaux". 

 

 

Superman IV BTS 58

 

 

 

Doté d'un budget initialement estimé à 37 millions de dollars, les producteurs parviennent peu à peu rassembler le casting original de la saga. La Cannon réussit à convaincre Gene Hackman de reprendre son rôle de Lex Luthor. Même Margot Kidder est de la partie après quelques négociations difficiles : "Les producteurs ne voulaient pas du tout de moi initialement" admet l'actrice à Starlog en 1987. "Ils voulaient auditionner une autre Loïs. Ils pensaient que j'étais trop âgée. J'étais vraiment blessée. C'était peut être une tactique pour diminuer mon cachet. Je ne pouvais supporter l'idée que quelqu'un d'autre puisse incarner ma Loïs, je l'ai inventé, non pas en me basant sur les comics mais sur le personnage décrit dans le script original". Le tournage débute le 15 septembre 1986 au Royaume-Uni. 

 

 

 

 

 

Superman IV BTS 20

 

 

 

 


COUPES BUDGETAIRES

   


Malheureusement, la situation va rapidement se compliquer derrière la caméra. En 1986, la Cannon subit en effet plusieurs échecs commerciaux l’obligeant à réduire le budget du film de moitié pour pouvoir financer d’autres projets (dont Les Maîtres de l’Univers), tout en conservant les engagements vis-à-vis de Gene Hackman et Christopher Reeve. Dans ce contexte, la production n’a pas d’autres choix que de réaliser des économies. « Nous étions handicapés par des restrictions budgétaires » explique Christopher Reeve dans son autobiographie « Vivre » (1998).  « Cannon Films avait environ trente projets en chantier à l’époque, Superman IV n’étant que l’un d’entre eux.  Konner et Rosenthal avaient écrit une scène où Superman atterrissait en plein milieu de la 42ème rue et la descendait jusqu’aux Nations-Unies, où il faisait un discours. Si nous avions dû tourner cette scène pour Superman I, nous l’aurions fait dans la vraie 42ème rue. Richard Donner, le réalisateur, aurait alors organisé des déplacements de centaines de piétons et de véhicules et aurait enchaîné au montage sur les employés de bureau à la fenêtre, bouche bée à la vue de Superman descendant la rue tel le joueur de flute de Hamelin. A la place, nous avons filmé la scène en Angleterre, dans une zone industrielle sous la pluie avec une centaine de figurants, sans une voiture en vue, et un lâcher d’une douzaine de pigeons pour tout effet d’ambiance. Même si l’histoire avait été remarquable, je ne crois pas que nous aurions eu les moyens de répondre aux attentes du public ». 

     

Même les effets spéciaux, éléments indispensables à la réussite d’un film de ce genre sont sérieusement affectés. « Sidney me demanda de venir à Londres et de réaliser les effets spéciaux de Superman IV, ce qui me rendait à la fois heureux et anxieux » explique Harrison Ellenshaw le nouveau responsable des effets spéciaux « Cependant, j’ai réalisé très rapidement que le budget était très loin de ceux des trois premiers films financés par les Salkind et par Warner Bros. Ça allait être fait à l’économie, ce qui ne me surprenait pas puisque je savais que CANNON FILMS le finançait. J’étais prêt à relever le défi. Mais dès que j’ai lu le script, j’ai réalisé qu’il y avait plus d’effets sur ce film que les trois combinés. La version longue du film comprenait 600 plans truqués ». Afin d’être le plus productif possible, la technique de la projection frontale pour laquelle la production originale avait été oscarisée en 1979, est délaissée au profit de trucages optiques. Selon John Cryer, l’interprète du neveu de Lex Luthor, peu de temps avant la sorti du film Christopher Reeve l’avait averti des économies réalisées sur le film. « Quelques mois après le tournage, je rencontre Chris Reeve dans la rue. Je lui propose d’aller diner ensemble. On va restaurant. Je lui dis que je suis excité par le film et lui demande quand il va sortir. Il prend sa respiration et me répond « Il faut que je t’avertisse : c’est un immense gâchis. Nous avions prévu de filmer six mois de scènes de vol. Ils en ont retiré cinq. La manière dont ils ont monté tout cela a à peine du sens ». Cryer précise « J’étais dévasté. Je voulais tellement participé au retour de Superman ».

 

 

 

 

Superman IV BTS 3

 

 

 

UN MONTAGE RACCOURCI

   

Dans sa version cinéma, SUPERMAN IV est le plus court de la saga originale, soit 89 minutes (montage américain). Toutefois, le montage initial du film s'avérait bien plus long : "En fait, lorsque nous avons terminé tous les plans truqués, le long métrage durait 2h15, ce qui correspondait au montage voulu par Sidney J. Furie" explique Harrison Ellenshaw, le superviseur des effets spéciaux. "Il l'a amené chez la Warner à Los Angeles, et Terry Semel et Bob Daily, en charge de la production lui ont demandé de couper 40 minutes, car ils trouvaient le résultat trop long". 

 

Pour l'équipe des effets spéciaux, cette décision tardive s'avère regrettable, tous les trucages ayant été finalisés à la hâte. "Je regrettais que nous ayons passé notre temps et notre énergie sur 600 plans à effets spéciaux alors que nous aurions pu concentrer nos efforts sur moins de plans" explique Harrison Ellenshaw au magazine britannique Dreamwatch. 

 

 

 

Le monteur John Shirley ("Vivre et laissez mourir", "Allan Quatermain et les mines du roi Salomon") fait son possible pour préserver une certaine cohérence au film malgré les nombreuses coupes. Toutes les scènes concernant la première version de l'Homme Nucléaire créée par Lex Luthor sont tout simplement supprimées. 

 

 

 

Le film a par ailleurs le droit à un montage différent pour les Etats-Unis et le reste du monde, où trois minutes supplémentaires de film sont intégrées. 

 

 

 

 

Superman IV Deleted 43

 


 

 


ECHEC COMMERCIAL

   


Lors de sa sortie en salles en 1987, les critiques sont unanimes « SUPERMAN IV » est un échec. Dave Kehr, du Chicago Tribune, titre symboliquement son article « C’est un oiseau, c’est un avion – C’est un mauvais film ». Pour lloyd Sach du Chicago Sun Times « Superman IV ne peut pas décoller ». La pauvreté des effets spéciaux et les incohérences du montage sont notamment pointées du doigt, la presse ayant notamment connaissance déjà à l’époque de l’existence d’une version longue. Le message « Anti-nucléaire » du film est par ailleurs remis en cause pour son caractère simpliste.

 

Superman IV Still 54

 

 

 

Pour Tom Mankiewitz, l’un des scénaristes du Superman de Richard Donner, le scénario du film est véritablement responsable de cet échec. « Ce face-à-face était nul. [Au moment de l’écriture du scénario] j’ai dit à Chris : "Chris, voilà ce dont il faut faire attention : ne te mêle pas de ce dont Superman est capable de s’occuper tout seul. Tu veux définitivement débarrasser la Terre de toutes les armes nucléaires ? Superman peut le faire en une heure. Il n’a qu’à toutes les expédier dans l’espace. Si tu écris un scénario sur Superman, n’y mets pas une séquence de tsunami. Il peut l’arrêter en chemin. Personne n’est obligé de mourir. Ne parle pas de famine ni de pauvreté, parce qu’il pourrait régler tout ça. Donc, il faut être très attentif à ce qu’on écrit quand on imagine les périls dont il peut lui-même s’occuper." J’ai alors dit : "Chris, ça ne va pas marcher. Même si je veux y croire et même si c’est un sujet sensible dont il faut parler, il faut être vigilant quant aux capacités de tes personnages. L’un des problèmes qu’avait Superman IV : Le face à face, c’est qu’il prenait des aspects ouvertement politiques. C’est le genre d’idées qui annonce la fin. C’est à éviter à tout prix. Avec Superman, on ne parle jamais de politique. On peut entendre des choses comme : "Pendant la Seconde guerre mondiale, il aurait très bien pu être le héros de l’Amérique." Mais Superman n’est jamais parti combattre les Nazis en Allemagne, et cela pour une bonne raison : Superman pouvait gagner cette guerre en un seul jour. Il n’a donc rien à faire dans ce genre d’histoires. Si tant est que Superman a une conscience politique, il peut très bien l’appliquer dans la réalité sans aide aucune ; c’est la raison pour laquelle on ne devrait pas y toucher. L’instant où on donne à Superman un problème social à régler, par exemple celui des sans-abris, en tant que spectateur, je dirais quelque chose comme : "espèce de fainéant, tu pourrais très bien construire des foyers pour ces sans-abris en une seule journée. Tout ce que tu as à faire, c’est de récupérer le bois, [construire les maisons], meubler les foyers et y installer les sans-abris. Même s’il y a 100 millions de sans-abris, Superman pourrait s’en occuper."  Il faut donc éviter que le public ne se dise : "Bon sang, pourquoi ne va-t-il pas régler ce problème ? ».

 

D’un point de vue purement commercial, le film est un flop.  Pour son exploitation aux Etats-Unis, le budget du long métrage n’est même pas rentabilisé (15,7 millions de dollars de recettes). C’est la première fois qu’un film de la saga SUPERMAN échoue au box office.

     

Malgré cet échec incontestable, la CANNON songe à exploiter les 45 minutes coupées du film (notamment toutes les scènes avec le premier Homme Nucléaire) et Albert Pyun est approché pour l’écriture du film. Christopher Reeve, très frustré par le résultat du dernier film, ne souhaite pas retravailler avec la CANNON.  La firme finit par perdre les droits qui reviennent aux Salkind. De nombreuses tentatives seront par la suite réalisées pour ramener l’Homme d’Acier sur le grand écran. L’échec de Superman IV hantera ces différents projets avant que Bryan Singer ne parvienne à le ramener sur le devant de la scène en 2006.

 

 

 

superman-V-1988    

 

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

   


* John Williams fut contacté par CANNON FILMS pour signer la bande originale de ce nouveau volet de Superman. Déjà investi sur d’autres projets, il recommanda aux producteurs d’engager son ami Alexander Courage (Star Trek : la série classique, Perdus dans l’espace).  Ce nouveau compositeur délivrera une très belle partition de 100 minutes de musique figurant en intégralité dans le coffret CD « SUPERMAN : THE MUSIC ». De son côté,  Williams signera tout de même trois nouveaux thèmes, ceux dédiés aux personnages de l’Homme Nucléaire, Lacy et Jeremy.

 

     

* Une adaptation du film en bande dessinée fut publiée par DC Comics en 1987. Elle permettait  notamment de donner aux lecteurs une idée assez fidèle de ce qu’était Superman IV à l’origine.

 

1874611-superman vs nuclear man

 

* L’une des scènes les plus controversées du film montre la journaliste Lacy respirer librement dans l’espace dans les bras de l’Homme Nucléaire puis de Superman.

     

* Du fait de son expérience des précédents films, Christopher Reeve était le réalisateur de la seconde équipe sur le quatrième volet. Il a notamment réalisé la scène de combat entre Superman et l'Homme nucléaire se déroulant sur la lune.

 

* Les scènes de vol de Superman : IV font pâle figure en comparaison à celles du premier film, pourtant réalisées une décennie plus tôt. Les mêmes plans de Christopher Reeve volant face à la caméra sont notamment réutilisés plusieurs fois dans le film, l’équipe des effets spéciaux s’étant juste contentée d’insérer différents arrières plans.

 

 

* A la sortie du film en salles de nombreux cables étaient restés apparants. Il fallut attendre la sortie du coffret Blu Ray en 2011 pour qu'ils soient finalement effacés.

 

* Majoritairement tourné à Londres, le film fut projeté le 27 juillet 1987 en avant première au Leicester Square Theater en compagnie de Lady Diana et du Prince Charles.

 

 

Superman IV BTS 57

 

 

* Les éditions DVD et Blu-Ray du film ne comprennent malheureusement que le montage américain de 89 minutes. Il faudra se détourner vers les éditions VHS et Laser Disc pour retrouver les trois minutes manquantes en VF et avec les effets spéciaux finalisés.

 

 

 

* Dans le montage cinéma européen (92 minutes) de Superman IV, une séquence nous montrait une jeune fille sauvée d'une tornade par l'Homme d'Acier. L'enfant était incarnée par la fille de Christopher Reeve, Alexandra. .

 

 

 

* Il fallut attendre novembre 2006 et la sortie du coffret ultimate 11 DVD pour découvrir 31 des 45 minutes coupées de Superman IV.

 

 

 

* Aujourd’hui encore certaines séquences demeurent inédites, plus particulièrement, celle où Clark se recueille sur la tombe de ses parents et une autre où lui et Lacy dansent ensemble au Metro Club dans le cadre d’un reportage sur les jeunes à Metropolis.

 

 

  Superman IV Deleted 19

 

 

*Après que les Salkind se soient réapproprié les droits de SUPERMAN, Christopher Reeve fut recontacté pour reprendre le rôle. Il s’était dit prêt à rejouer le personnage à condition que le scénario soit bon et que les moyens déployés soient similaires à ceux du premier film à son époque.

 

 

 

NOTRE AVIS

 

 


 « SUPERMAN IV » ne parvient véritablement pas à renouer avec la qualité des deux premiers films. Certes, tout n’est pas à jeter. L’Homme d’Acier est enfin traité avec sérieux, ce que ne savait pas faire Richard Lester. Le début du long métrage à la ferme de Smallville illustre bien la volonté de l’équipe de production à respecter le mythe de Superman, la séquence du double dîner romantique fonctionne également très bien à l’écran, et on ne peut que s’enthousiasmer en voyant l’Homme d’Acier apparaître non plus comme un américain mais un citoyen du monde afin de défendre des valeurs pacifiques.

 

 

 

Malgré ses bonnes initiatives, le film ne dégage pas de magie et manque cruellement de moyens. Difficile de croire qu’un homme peut voler, même à l’époque! La scène où Superman vole avec Loïs ne supporte absolument pas la comparaison avec celle du premier film. Quant aux séquences de combats entre Superman et l’Homme Nucléaire, elles ne possèdent nullement la dimension épique du deuxième film. Le long métrage est par ailleurs truffé d’invraisemblances, renforcées par la coupe de 45 minutes de scènes au montage.

 

 

 

Finalement, si le film mérite un visionnage, c’est bien pour Christopher Reeve. L’acteur demeure impeccable dans le rôle du dernier fils de krypton. Dommage que son talent n’ait pas été mis au service d’un film de meilleure envergure. 

Sources : Mad Movies, Starlog, Forgotten Silver, dossier de presse Superman IV, Empire Magazine

 

 

Lire review SUPERMAN III

Lire review SUPERMAN II

Lire review SUPERMAN : THE MOVIE

Lire biographie Christopher Reeve 

   

 

 

Bande annonce mettant en valeur sur le ton de l'humour les nombreux défauts de Superman IV 

 

 


 

 

Extrait de la scène de la tornade (finalisée) incluse lors de la sortie cinéma de Superman IV

 

 


 

 

 

Extrait de l'emission ENTERTAINEMENT TONIGHT (1986) dédiée au tournage de Superman IV

 

 


 
Une excellente chronique vidéo dédiée à Superman IV

 

 

 

 

affiche-superman-iv-1347284045

Repost 0
Published by Silver Screen - dans Films
commenter cet article
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 23:48


Superman wallpapers 429

 



 

 

Troisième volet de la saga cinématographique lancée en 1978 par les producteurs Ilya et Alexander Salkind, «SUPERMAN III » marque un tournant dans la saga originale. Retour sur un épisode « hors norme » qui fête ce mois-ci son trentième anniversaire.

 

 

SYNOPSIS

 


Clark Kent (Christopher Reeve) est de retour à Smallville, sa ville natale, pour écrire un reportage. Mais un incendie au sein de l’usine pétrochimique locale oblige rapidement le jeune reporter à reprendre l’identité de l'Homme d’Acier. Pendant ce temps, à Métropolis, August Gorman (Richard Pryor), nouvel informaticien chez Webscoe parvient à ajouter à son salaire d’importantes primes en manipulant habilement l'ordinateur central de la compagnie. Le PDG, Ross Webster (Robert Vaughn), découvre rapidement ses talents de fraudeur et décide de les mettre à profit pour dominer l'économie mondiale. Dans le même temps, il le charge d’anéantir SUPERMAN à l’aide d’une Kryptonite synthétique. Les effets de la pierre vont néanmoins s’avérer inattendus, l’Homme d’Acier devenant peu à peu une version obscure de lui-même...

 

 

 superman-iii-wallpapers 17848 1152x864

 

 

RICHARD LESTER A NOUVEAU AUX COMMANDES

 


Suite au succès commercial et critique de SUPERMAN II, Alexander et Ilya Salkind mettent rapidement en chantier un troisième volet des aventures de l’Homme d’Acier. Un premier scénario écrit par Ilya développe l’intrigue autour des personnages de Mxyzptlk, Brainiac et Supergirl. Mais cette version est rapidement abandonnée, la WARNER n’étant pas séduite par l’idée de base.

 

 

Finalement, c’est devant leur poste de télévision que les producteurs vont avoir une révélation. Un soir au cours de l’émission le « Johnny Carson Show », l’humoriste le plus aimé d'Amérique au début des années 1980, Richard Pryor, fait une critique élogieuse de Superman et déclare qu’il aimerait jouer dans l’un des films.  Séduits par l’idée de réaliser un SUPERMAN davantage orienté vers la comédie, les producteurs lui proposent un contrat que l’acteur accepte immédiatement. Ils chargent rapidement David et Leslie Newman, deux des scénaristes du premier opus, de l'écriture du scénario. Pour rappel, à l’époque du premier film, le réalisateur Richard Donner avait fait intervenir son ami, le scénariste Tom Mankiewicz, dans la réécriture du script, les éléments développés par le couple Newman s’avérant trop parodiques.  

 

18820082-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-xxyxx


Leslie et David Newman écrivent un script susceptible d’exploiter pleinement le potentiel comique de Richard Pryor, tout en tachant d’incorporer des éléments de la mythologie Superman destinés à plaire aux fans. C’est dans ce contexte que Superman revient à Smallville, rencontre son amie d’enfance et finit par se dédoubler sous l’influence d’une nouvelle variété de kryptonite. Pour les scénaristes il est également question de rattacher davantage ce nouveau film de Superman à son époque. Les années 1980 étant marquées par l’essor de l’informatique, le long métrage place l’ordinateur au centre de son intrigue. Comme l’admet le producteur Pierre Spengler à l’époque « Si nous avions tourné le film, il y a trois ans, nous n’en aurions sans doute pas parlé de la même façon, car les ordinateurs n’étaient pas aussi présents ». 

 

249098 627995943878993 2128089622 n

 

Le script finalisé, le réalisateur Richard Lester se voit à nouveau confier la mise en scène du film, les producteurs appréciant sa rapidité d’exécution. Quant au casting, il réunit l’ensemble des acteurs originaux, bien que Margot Kidder voit sa participation limiter à de la figuration au profit d’Annett O’Toole dans le rôle de Lana Lang. Selon la rumeur, Kidder aurait été sanctionné pour avoir critiqué l’attitude des producteurs vis-à-vis du réalisateur de "Superman : Le film", Richard Donner, dans le magazine anglais « Time Out ».

 

 

D’une durée de 17 semaines, le tournage de SUPERMAN III mobilisa cinq équipes de production. Outre l’équipe principale et la seconde équipe, Richard Lester dut également coordonner les équipes chargées du tournage des miniatures, des séquences de vol, et de certains effets spéciaux devant être combinés optiquement à plusieurs scènes du film, le long métrage étant réalisé plus d’une dizaine d’année avant la généralisation des effets spéciaux numériques.

 

 

UNE NOUVELLE INTERPRETATION DE CLARK KENT

 

 

Le regretté Christopher Reeve profita de ce nouvel opus pour montrer Clark Kent sous un nouveau jour : « J’ai donné une nouvelle dimension à Clark Kent. Je trouvais qu’après être entré dans les portes deux films de suite, je savais désormais où elles se trouvaient, ainsi que les ascenseurs et les passages piétons. La maladresse constante peut devenir ennuyante ». Ainsi, dans ce volet, le personnage de Clark Kent est mis en valeur par les sentiments qu’il éprouve pour son ancienne camarade de classe, Lana Lang. « Cette situation a permis de faire de Clark Kent un personnage plus intéressant. Il réalise que Lana Lang est amoureuse de lui, il doit absolument lui offrir davantage que cette perpétuelle maladresse qu’il utilise pour masquer sa véritable identité ».  

 

Les talents d’acteurs de Christopher Reeve sont également significativement mis en valeur dans son interprétation du double obscur de Superman. "J'ai feint la pire des migraines. Il y a un démon en lui, et ce démon c'est le gentil Clark. Il est comme un poids qui traine, une force limitatrice. Cet idiot qu'il doit jouer avec des lunettes. Et pour Clark, le mauvais Superman est le démon en lui". L’acteur interprète avec brio la transformation progressive du super-héros sous l’effet de la kryptonite de synthèse.

 

 

01

 

 

UN SUCCES MITIGE

 


« SUPERMAN III » sort dans les salles durant l’été 1983 face à d’importants concurrents tels que « Le Retour du Jedi » et « Octopussy ». Pour la presse, le film n’est visiblement pas la réussite attendue essuyant plus de critiques que de félicitations. En novembre 1983, le magazine dédié à la Science-Fiction, Starlog, livre à ses lecteurs la critique suivante : « Ce film est amusant. Sans aucun doute. Mais ce n’est pas le film que vous retournez voir plusieurs fois. Il n’a pas la dimension épique de « Superman : le film ». Dommage. Cela s’avère vraiment décevant. Le public voulait plus de la vision originale. Il est possible que ce soit le dernier film de Superman. Christopher Reeve a déclaré son intention de rendre sa cape. Si tel était le cas, c’est le bon moment pour s’arrêter. Dans le cas contraire, il va falloir revenir à la vision originale qui avait fait du premier film un succès ».


Christopher Reeve lui-même admettait dans son autobiographie « Vivre » qu’il n’était pas satisfait de ce troisième volet : « Le résultat fut une comédie pour Richard PRYOR plus qu’un vrai Superman (…) Je regrettais Richard Donner et le travail que nous avions fait deux ans plus tôt. Cependant, il y a une scène que j’ai bien aimée : c’est celle dans laquelle Superman devient une version maléfique de lui-même et essaie de tuer Clark Kent dans une casse automobile. Cette scène est la seule qui tienne. Le reste de Superman III est une méprise ».

 

Angry Superman

 

 

D’une manière plus générale, pour les spectateurs, la magie semble également moins opérée que pour les deux premiers opus. Au box office Nord Américain, le film rapporte 57 millions (ce qui équivaudrait à 125 millions aujourd’hui) pour un budget de 39 millions. Pour les producteurs, il s’agit donc toujours d’un investissement rentable bien que moins impressionnant qu’en 1978. Le producteur Pierre Spengler a déclaré récemment dans la presse française « C’est vrai (qu’il a été moins bien accueilli par la critique) mais au niveau des recettes, ce n’était pas un échec.  Pour le troisième film, nous avons cherché à donner une impulsion différente à la saga. Il était intéressant de voir un Superman schizophrène, devenir méchant. En même temps nous avions la fibre comique avec Richard Pryor. Dans le premier Montage, Richard Lester avait clairement mis l’accent sur Superman. De toute façon, nous ne voulions pas refaire le même film. Peut-être avons-nous voulu être trop originaux » (l’écran fantastique n°335 – Octobre 2012). De son côté le producteur Ilya Salkind déclarait en 2006 « Superman III est juste un épisode de SUPERMAN. Je continue de croire que c’est un bon film mais ce qui me pose le plus de soucis c’est que Superman n’est pas autant au centre de l’action qu’il aurait dû être ».

supermaniiip83

 

 

LE SAVIEZ VOUS ? 

 

 

* Superman III est le seul film de la saga originale à ne pas commencer par un générique dans l'espace. Néanmoins, en décembre 1988, pour sa diffusion sur la chaîne américaine ABC, le long métrage s'ouvrait de la manière suivante :

 


 

 


* A côté du photomaton, au début du film, quand Clark Kent se transforme en Superman, on remarquera un jeune garçon blond accompagné de sa mère. Il s’agit du jeune Aaron Smolinski, l’interprète de Kal-El âgé de trois ans (qui soulève la voiture de Jonathan Kent) dans le premier opus.

 

 

superman_05-copie-1.jpg

 

 

*  Comme les deux précédents volets, une grande partie de « Superman III » fut réalisé aux studios Pinwood au Royaume-Uni. Dans ce contexte,  pour la production, il fut difficile de disposer de suffisamment de véhicules américains pour la scène se déroulant dans le cimetière de voitures. « Nous avions entendu parler d’un Américain expatrié qui s’était spécialisé dans la recherche de pièces détachées pour les véhicules venant des Etats-Unis » se remémore le décorateur du film Peter Murton.  « Lorsque nous l’avons contacté, cet homme nous a déclaré qu’il était en train de transporter toutes ses carasses de voitures vers un nouveau terrain. Je lui ai proposé de lui emprunter ses véhicules pendant quelques jours, après quoi nous les acheminerons jusqu’au nouveau terrain, avec, en prime, une somme d’argent ». C’est ainsi qu’une partie des studios Pinewood fut envahie par un long convoi de camions transportant des épaves originaires de Détroit.

 

* Pour l'acteur comique Richard Pryor, le film fut difficile à tourner "J'ai peur de l'altitude" avoua t-il au metteur en scène. "Même dans un ascenceur, j'ai le vertige. Et je prends une assurance de vol pour regarder un film depuis le balcon. Peut-être croyez-vous réellement qu'un homme peut voler.  Quant à moi, je me demande encore comment les avions y parviennent." 

 


 

téléchargement

 


* Bien que Margot Kidder (Loïs Lane) et Richard Pryor (August Gordman) ne jouent pas ensemble dans Superman III, ils ont eu l’opportunité de se donner la réplique dans le film « Some Kind of hero » (1982).

 

 

2067049-6yuwvvUzzTyarDYfSSiAJ74WK5h8SmJ14QgdQcgjxUg9XFBzVwq.jpg

 

* Annette O’Toole prend la relève de l’actrice Diane Sherry dans le rôle de Lana Lang. Elle incarnera 18 ans plus tard, la mère de Clark, Martha Kent, dans la série télévisée Smallville.

 

 

299222.1-copie-1

 

 

* Comme pour « Superman II » Ken Thorne composa la bande originale de ce troisième volet. Les enregistrements eurent lieu entre le 14 février et le 18 mars 1983 au Music Center à Londres.

 

 

* La série télévisée SMALLVILLE comprend un clin d’œil évident à Superman III. En effet, dans l’épisode d’ouverture de la saison IV intitulé « Renaissance », Clark Kent se dédouble et est confronté à une version maléfique de lui-même sous l’effet de la Kryptonite noire. De plus, Margot Kidder et Annett O’Toole y partagent une scène.

 

061209insider_t300.jpg

 

   

* Pierre Arditi double pour la dernière fois Christopher Reeve dans Superman III. Il sera succédé par Hervé Bellon (voix française de Sam Neill) pour la quatrième volet.

   

* La structure narrative des SPIDERMAN de Sam Raimi s’avère s’sensiblement proche de la saga Superman : la naissance du personnage dans le premier, la perte des pouvoirs dans le second et le passage du côté obscur dans le troisième.

 

NOTRE AVIS

 

 

« SUPERMAN III » marque un important tournant dans la saga originale. Malgré ses indéniables talents d’humoristes, Richard Pryor occupe une place bien trop importante dans l’intrigue au détriment de Christopher Reeve, toujours impeccable dans le rôle de l’homme d’acier. Dans ce contexte, la comédie prend véritablement le pas sur la mythologie, initialement développée dans le film de Richard Donner. Le spectateur ne peut qu’être surpris de ne pas retrouver le générique d’ouverture dans l’espace sous le thème de John Williams, la forteresse de solitude et même le personnage de Loïs Lane, réduit presque à de la simple figuration!

 

Malgré ses erreurs, le film ne mérite pas pour autant d’être méprisé. Il s’avère divertissant et possède quelques moments forts tels que l’incendie de l’usine de Smallville, les scènes romantiques en compagnie de Lana Lang et la séquence où Superman se bat contre Clark Kent, un moment culte de la saga. Enfin, les effets spéciaux sont de bonne facture pour l’époque.

 

Bref, Superman III est un film divertissant à voir… Au moins une fois.

 

 

Lire review Superman IV : Le face à face 

Lire review Superman II

Lire Review Superman : Le Film

Lire Biographie Christopher Reeve

 


 

Bande annonce moderne du film : 

 

La scène culte du dédoublement : 
 

 Supeman III revu par Oliver Harper :

 

S3 BANNER SPLASH

Repost 0
Published by Silver Screen - dans Films
commenter cet article

Présentation

  • : SILVER SCREEN
  • SILVER SCREEN
  • : "Créé en 2010, "SILVER SCREEN CHANNEL" est dédié au cinéma et aux séries télévisées fantastiques et de science-Fiction. Vous y trouverez notamment des chroniques détaillées sur des oeuvres ayant marqué le genre ainsi que de nombreux articles biographiques (acteurs, réalisateurs). SILVER SCREEN CHANNEL se consacre enfin régulièrement à l'étude des adaptations de comics sur le grand et petit écran. Depuis 2015, SILVER SCREEN dispose d'une branche associative dédiée à la réalisation de films amateurs et de chroniques vidéos. Bonne lecture à vous!" - Sébastien Fosse
  • Contact

Radio Silver Screen

Recherche

Pages